22 juillet 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

DIGITALISATION DES SERVICES PUBLICS EN LIGNE Le Sénégal lance le projet d’accélération de l’économie numérique

Dans le souci d’étendre l’accès à une connectivité à haut débit abordable et résiliente aux changements climatiques et d’améliorer l’adoption des services publics en ligne et des dossiers médicaux électroniques, le Sénégal a lancé officiellement hier, le Projet d’Accélération de l’Economie Numérique au Sénégal (PAENS) pour un coût de quatre-vingt-quinze (95) milliards de francs CFA. La cérémonie a été présidé par le ministre de la communication, des télécommunications et du numérique, Alioune Sall, aux côtés des représentants de la Banque Mondiale.

Ce projet financé par la Banque mondiale permettra, selon le ministre de la communication, des télécommunications et du numérique qui a appelé les sénégalais à se l’approprier, « d’oublier toutes nos problématiques dans le domaine de la santé, de la digitalisation ». M. Sall a toutefois indiqué que l’Etat du Sénégal et les acteurs de l’écosystème du numérique feront en sorte que toutes les problématiques puissent être résolues de manière durable, rappelant que « les nombreuses initiatives prises ces dernières années sur le plan administratif n’ont pas permis d’avoir des résultats à la hauteur des attentes. Notre aspiration à devenir une référence dans le domaine du digital en Afrique horizon 2025 est devenue malheureusement hors de portée ».

Initiative majeure de ce projet, la Banque mondiale a une nouvelle fois réitéré sa disponibilité aux côtés du gouvernement sénégalais. « Toutes les équipes de la Banque mondiale qui travaillent pour le Sénégal seront mobilisées aux côtés du gouvernement tout au long du processus pour contribuer à moyen et à long termes à la croissance et au développement du pays », a déclaré la directrice sectorielle développement digital de la Banque mondiale, Jana Kunicova.

Ce projet de digitalisation sera également bénéfique à la gouvernance de la santé, un secteur qui éprouve depuis des années, des difficultés notoires dans le traitement des dossiers médicaux. Le ministre de la Santé et de l’action sociale, Ibrahima Sy, se réjouit donc de pouvoir profiter des avantages de ce projet, venu à son heure. « En choisissant le renforcement des infrastructures numériques de santé, de la gouvernance de la santé numérique, et des plateformes digitales, le PAENS s’est positionné au cœur de nos préoccupations actuelles », a-t-il réagi.