19 juin 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

SONKO ABSENT AUX ASSISES DE LA JUSTICE : UN FAUX BON PRÉMÉDITÉ ?

Le premier ministre Ousmane Sonko est l’absent le plus présent à l’ouverture des assises de la justice, ce mardi 28 mai au Centre  international de Conférence  de Diamniadio Abdou Diouf (Cicad). Une absence qui suscite moult interrogations au regard de l’envergure de ce rendez-vous ô combien attendu. 

Le démarrage des assises de la justice, ce mardi, au Cicad dans le cadre du dialogue national, a été l’occasion pour le Président Bassirou Diomaye Faye de satisfaire l’une de ses promesses électorales. Celle d’appeler la justice à la barre  d’une concertation nationale pour la relooker au profit des justiciables.

Journalistes, magistrats, avocats, professeurs d’universités, responsables d’associations et anciens détenus auront reluquer partout dans l’immense salle du Cicad pour voir le très médiatique Chef du gouvernement en vain. C’est à croire même qu’Ousmane Sonko était hors du territoire sénégalais.

Un faux bon qui cristallise beaucoup d’interrogations. Mais semble-t-il, le premier ministre a choisi délibérément de s’inscrire aux abonnés absents. Sinon comment comprendre que celui qui, vouait aux gémonies, pour avoir occupé le devant de la scène politique depuis près de deux mois, puisse manquer à ce grand rendez-vous où se discute et se décide l’avenir de Dame justice  ?

Ousmane Sonko n’aurait pas tort de poser un lapin à tout ce beau monde qui trépignait d’impatience de le voir. Le 2 avril dernier, alors que le tout nouveau président de la République, Bassirou Diomaye Faye, devait procéder à la traditionnelle prestation de serment, militants, sympathisants et autres récipiendaires étaient intenables. Jamais en ce moment plus que solennel, la foule n’a manqué au standing ovation à chaque fois que les caméras sont braqués sur le premier ministre.

Depuis, le semblant de dualisme au sommet de l’Etat commençait à nourrir un débat; bien perçu pour les uns et mal perçu pour les autres. Entre temps, les actes posés par M. Sonko [arrêté ordonnant la suspension pour deux mois des constructions et travaux sur les anciennes dépendances du Domaine public maritime (DPM) dans la région de  Dakar, Conseil interministériel consacré à la campagne de production agricole 2024, accueil de Jean-Luc Mélenchon  à l’Ucad, audience avec des ambassadeurs dont celui de la France, voyage annoncé en Guinée, au Mali, au Burkina Faso et au Niger], même si cela rentre pour l’essentiel dans la légalité, ont plus que jamais conforté les uns et  les autres à l’idée que le Chef du gouvernement porte ombrage au président de la République.

Tout porte à croire dès lors, que le Premier ministre qui mesurerait pleinement la solennité des assises de la justice, a décidé de ne pas faire le déplacement à Diamniadio. Histoire d’éviter le syndrome de la cérémonie de prestation de serment, de la cacophonie à l’Ucad 2 lors de sa conférence co-animée avec le leader de la France Insoumise mais aussi et surtout de faire taire la polémique sur son prétendu empiétement sur les prérogative du Chef de l’Etat.

BIRAMA THIOR.