KEEMTAAN GI – LES FUNAMBULES
Ceux qui savent lire, liront avec discernement. Ceux qui se contentent de jeter un coup d’œil par-dessus les épaules, se satisferont de l’essentiel. L’indispensable n’étant jamais le vrai. Le nommable, le perceptible. On est souvent dans un jeu de funambules. Un jeu d’ombres sans jamais saisir l’apparence. La vérité nous échappe. On se complait dans une pensée unique. Et on veut tuer la démocratie dans un pays riche de cette denrée rare en Afrique. On se croit fort, puissant, énergique, indéboulonnable. Loin de son peuple. Pris en otage par une caste de comploteurs, de faucons, de félons, de salopards qui vous soufflent à l’oreille que rien de grave ne pourra vous arriver. Vous disent qu’ils sont prêts à vous offrir le soleil. A mourir pour vous. Vous poussent dans un extrémisme sans issue de secours. Bref vous précipitent dans la fosse aux lions, tout en prenant leurs distances pour ne pas être dévorés par les fauves. Ils seront les premiers à vous tourner le dos en cas de revers de fortune, même s’ils vous jurent fidélité et loyauté quand tout va bien. C’est toujours ainsi la vie des Rois. Les crapules et autres opportunistes sont aux petits soins pour eux car tirant d’eux leur légitimité et leurs jouissances. Il nous faut redonner à notre Assemblée nationale de nouveaux habits. De nouveaux hommes et femmes plus représentatifs du peuple. Moins serviles à un homme. Des parlementaires qui sachent au moins une fois dans leur vie dire non pour l’intérêt général. Ce pays est en train de foutre le camp. Lentement, mais sûrement. Inexorablement ! Il traverse un moment de turbulences que seuls ceux qui font preuve de cécité ou les pyromanes feignent d’occulter. La certitude de la meute est faite. Le principal adversaire du Chef est un violeur. Une affaire privée, vous dites ? Le succès de la visite à l’Université Cheikh Anta Diop de celui que l’on veut « tuer » est à lire sous plusieurs prismes. En Afrique, tout part trop souvent de l’Université. A trop tirer sur la corde….
KACCOOR BI

COVID-19 LE SENEGAL DEMARRE LA CAMPAGNE DE VACCINATION CE MARDI
Le Sénégal débute sa campagne de vaccination ce mardi. L’annonce a été faite par le ministre de la Santé sur le plateau de la télévision nationale RTS hier. Le lancement survient après la réception ce mercredi soir d’un premier lot de 200.000 doses de vaccins achetés en Chine. Le vaccin est dénommé Sinopharm. Cette grande opération de riposte contre la covid-19 sera précédée ce lundi par l’installation du Comité national de contrôle et de suivi des opérations de vaccination. Après le lancement le mardi, les régions pourront dérouler leur campagne à partir de mercredi. D’ailleurs, hier jeudi, Abdoulaye Diouf Sarr a réuni tous les gouverneurs et les médecins-chefs de régions pour une mise à niveau de la stratégie que l’Etat compte mettre en place. A ces derniers, il a été rappelé la doctrine voulue par le chef de l’Etat sur ce dossier. Rigueur et transparence pour permettre une réussite de cette première campagne de vaccination qui va cibler les personnes de plus de 60 ans, les personnes présentant des comorbidités, le personnel médical et les forces de défense et de sécurité.

MACKY SALL OU DIOUF SARR QUI SERA LE COBAYE ?
Qui de Macky Sall ou d’Abdoulaye Diouf Sarr sera le cobaye ce mardi, jour de lancement de la campagne de vaccination contre le covid-19, pour recevoir la première dose ? Ce mercredi, sur le tarmac de l’aéroport Blaise Diagne, les Sénégalais s’attendaient à ce que le chef de l’Etat, qui réceptionnait les 200.000 premières doses de vaccins, se propose comme cobaye. Une manière de montrer à ses concitoyens la voie à suivre comme l’a fait le roi du Maroc. Surtout que partout dans le monde, des chefs d’Etat comme le président Biden des Etats-Unis, Erdogan de la Turquie, le Premier ministre d’Israel Netanyahou, le président Joko Widodo d’Indonésie, le roi Salmane d’Arabie saoudite, la reine Elizabeth II, le pape François… ont montré l’exemple. Macky Sall ne doit pas faire moins que ces illustres excellences et éminences puisque à chaque fois qu’une nouvelle initiative est lancée (carte d’identité biométrique, passeport biométrique), il a été servi en premier. Bon en attendant, son ministre de la Santé, lui, a révélé qu’il sera piqué. Et dès le démarrage de la campagne de vaccination. Il en a fait l’annonce, lui-même à la Télévision nationale. « Au lancement, vous verrez le ministre de la Santé prendre sa dose. Parce qu’il est extrêmement important de montrer à la face du monde que le Sénégal s’est lancé dans une campagne de vaccination. L’opération de lancement du mardi est extrêmement importante et nous allons envoyer des invitations pour que ce soit un moment fort pour démarrer la campagne de vaccination au niveau du pays » a indiqué le ministre de la Santé. Suggestion : Si le président de la République ne veut pas se vacciner en premier, pourquoi n’enverrait-il pas Moustapha Niasse recevoir la première dose à sa place ? Autrement dit, se servir du président de l’Assemblée nationale comme cobaye vu que les vieillards sont les plus menacés par la pandémie !

CHAMBRE DES METIERS DE TAMBA LE RECRUTEMENT « ILLEGAL » D’UNE CHARMANTE « HOTESSE » FAIT DEBAT !
Le président de la chambre des métiers de Tambacounda, M. Abdoulaye Sarr, est-il tombé sous le charme de cette charmante « hôtesse » au point de la recruter ? En tout cas, le recrutement qualifié d’ « illégal » de cette fille « full option » a provoqué au sein de l’institution un mouvement d’humeur paralysant toutes les activés. Car depuis plusieurs jours, agents et artisans agitent des brassards rouges pour dénoncer l’arrivée de cette « belle » demoiselle n’ayant aucun profil de l’emploi pour être recrutée. Ce recrutement est d’autant moins le bienvenu en effet que les agents de la chambre des métiers de Tamba peinent à percevoir leurs salaires du mois de janvier. Par conséquent, ils se demandent comment le président de leur institution consulaire peut-il justifier un tel recrutement dans une institution qui traverse une crise de gestion ? Face à cette situation catastrophique doublée d’une bamboula, nous souffle-t-on, le secrétaire général Youssoupha Barro a pris son courage à deux mains pour déclarer irrecevable ce recrutement au forceps ou à la beauté. Ce, compte tenu des dispositions réglementaires qui régissent les chambres des métiers du Sénégal. Ce qu’il faut également déplorer dans cette crise, c’est le manque d’autorité du gouverneur et du préfet de Tamba qui pouvait annuler ce recrutement « fashion » d’une Adji Sarr version orientale. Et surtout faire revenir le président Abdoulaye Sarr à la raison. En tout cas, le ministre de l’Artisanat Pape Amadou Ndiaye est interpellé !

 BANQUE MONDIALE : NOTRE COMPATRIOTE MAKHTAR DIOP, NOUVEAU PATRON DE L’IFC
L’actuel vice-président de la Banque mondiale pour les Infrastructures a été choisi pour succéder au Français Philippe Le Houérou à la tête de l’IFC, filiale de la Banque mondiale dédiée au secteur privé dont la mission est de promouvoir l’expansion économique et améliorer les conditions de vie des populations. Selon un communiqué de presse de la Banque mondiale, le comité de sélection, présidé par l’Indonésienne Mari Pangestu, et chargé d’évaluer les candidats pour prendre les rênes de l’IFC, a rendu son verdict et le choix a été porté sur le Sénégalais Makhtar Diop, un économiste et homme politique né en juin 1960 à Dakar. Il a exercé les fonctions de ministre de l’Économie et des Finances dans le second gouvernement de Moustapha Niasse, sous la présidence d’Abdoulaye Wade, au début des années 2000. Makhtar Diop est viceprésident de la Banque mondiale pour les Infrastructures depuis le 1er juillet 2018. Cette vice-présidence regroupe les pôles Énergie et industries extractives, Transport et développement numérique et Financement des infrastructures et partenariats public-privé (PPP). Dans le cadre de ce poste stratégique, M. Diop supervise les actions menées par la Banque mondiale pour combler le déficit d’infrastructures dans les économies émergentes et en développement, tout en développant des solutions durables.

LA PRESSE EN DEUIL LE JOURNALISTE MARCEL MENDY EST DECEDE CE JEUDI
La presse sénégalaise est encore en deuil. Le journaliste et écrivain Marcel Mendy est décédé jeudi matin des suites d’une maladie. Il est décédé lors de son évacuation à l’hôpital suite à une détresse respiratoire liée à la Covid19. M. Mendy est l’auteur de publications dont ‘’La violence politique au Sénégal’’, ‘’Cardinal Théodore Adrien Sarr soldat de la paix’’. Marcel Mendy, d’abord conseiller technique chargé de la Communication du ministère de la Justice en juillet 2005, a ensuite occupé les fonctions de coordonnateur de la cellule de communication auprès des Chambres africaines extraordinaires (CAE), de 2013 à 2017. Ce tribunal spécial, basé à Dakar et créé en vertu d’un accord entre l’Union africaine (UA) et le Sénégal, où Hissène Habré s’était exilé après sa chute du pouvoir fin 1990, avait condamné à vie l’ancien président tchadien le 30 mai 2016, pour crimes contre l’humanité. M. Mendy avait d’ailleurs consacré un livre à cette affaire intitulé ‘’Affaire Habré, entre ombres ; silences et non-dits’’. ’’Témoin et acteur’’, Marcel Mendy voulait apporter dans son livre ’’(sa) modeste contribution à la connaissance de ce dossier en partant de (son) vécu empirique depuis son implication dans le processus’’. L’ancien président tchadien avait saisi la justice pour faire interdire la vente et la distribution de cet ouvrage. Mais la Cour d’appel de Dakar a ordonné en avril 2019 la levée de l’interdiction frappant la vente et la distribution du dernier livre du journaliste.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here