18 mai 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Les sept cent maraîchers de Warouway dénoncent l’occupation anarchique et abusive des particuliers dans la bande des filaos de yeumbeul

Dans la commune de Yeumbeul les maraîchers de Warouway lèvent la voix. Ces derniers dénoncent l’occupation abusive et anarchique de la bande des filaos par des particuliers. Une situation qui selon eux constitue une menace pour le littoral. Ainsi, ces maraîchers demandent aux autorités de restaurer et de classer la forêt, ce qui va être bénéfique pour les agriculteurs.

Ils estiment que leurs activités agricoles sont menacées par des particuliers qui envahissent leurs terres depuis le déclassement de la forêt en 2018. « Nous sommes malheureux de la voir agresser de jour en jour. En 2018 vingt-trois hectares ont été déclassé pour le maître Daouda Ndiaye, neuf hectares pour le promoteur Demba Ka et en 2023 il y a trois hectares pour SIAME, le site Moustapha Diop, la société SAID, en dernier lieu le site de Sicap qui prend dix hectares », a informé Amadou Badiane, membre de l’association des maraîchers de Warouway.

Il souligne également que tous ces découpages ont eu lieu avec la complicité des autorités administratives de la localité et les maraîchers qui occupaient ces sites au temps ont été déguerpis sans indemnité adéquate.

Ainsi ces  cultivateurs qui travaillent sur le littoral depuis plus de quinze années maintenant demandent à l’état du Sénégal de restaurer la bande. Plus de sept cent maraîchers occupent seize hectares sur le littoral et  disent être prêts à tous les sacrifices pour préserver leur site de travail.

« Nous interpellons le président de la république et son premier ministre  afin que la foret du littoral soit reclasser et restaurer de même que la bande agressée. Nous saluons leurs décisions à suspendre les travaux. Cependant pour l’intérêt de la nation, de l’environnement et des centaines de familles qui vivent de l’agriculture dans la bande des filaos de protéger ces terres.

Nous cultivons des produits agricoles comme des choux, des poivrons verts etc…» a-t-il conclu.