25 juillet 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Une dure semaine pour la République et la Démocratie ! (Par Hady Wane)

La semaine qui vient de mourir a été misérable, malheureuse et épouvantable pour les hommes et femmes de culture démocratique, républicaine, nationale et moderne.
Dans cette semaine, le Président de la république s’est montré dans son caftan, au propre comme au figuré, de chef de clan qu’il n’a jamais cessé d’être. C’est malheureux de constater, après neuf ans d’exercice de pouvoir, qu’il n’habite pas la fonction présidentielle. De gardien de la constitution et garant de l’équilibre du jeu démocratique. L’audience que le Président de la République a accordé à Monsieur Djibril Ngom a été une insulte à tous les démocrates.
Certains veulent réduire cet audience à une rencontre entre un homme qui a fait défection des rangs d’un parti de l’opposition pour rejoindre les rangs du parti au pouvoir, la réalité est plus hideuse.
Monsieur le Président, vous avez reçu un homme qui commis au moins deux actes gravissimes.
En disparaissant avec les documents d’une coalition légalement constituée, Monsieur Ngom a porté atteinte au statut de l’opposition consacrée par notre constitution à laquelle vous avez juré fidélité. Une faute!
Monsieur le Président, par cet audience, vous vous êtes rendus complices d’un deuxième acte grave . En trainant les pieds et en restant injoignable, Monsieur Ngom a voulu la forclusion de la liste dont il était mandataire et a voulu confisquer ainsi des voix, des droits civiques et citoyens des populations de Matam. Une honte ! Monsieur le Président, vous avez rendu la semaine misérablement.
Toujours dans cette semaine, j’ai écouté avec beaucoup de peines les propos de Ousmane Sonko. Pas dans la partie sur le pacte de la non-violence sur lequel je n’ai rien à dire. Monsieur Sonko assume sa position, c’est son droit le plus absolu. C’est la deuxième partie de son point de presse, dans laquelle il parle de l’origine du Juge du deuxième cabinet, du nouveau Doyen des juges et du nouveau Procureur de la république et demande à nous autres de faire les liens, qui me révolte en tant que républicain et démocrate. Les propos du candidat Donald Trump, parlant de l’origine mexicaine d’un juge, avaient fait l’objet d’une condamnation nette et unanime des leaders du parti démocrate, du parti républicain, des organisations de la société civile, de la justice et de la presse. Aucune condamnation des propos du gourou de Pastef de la part des partis politiques, des organisations de la société civile, de la justice et de la presse de notre pays. Monsieur Ousmane Sonko, vous avez rendu la semaine malheureuse.
A la fin de la semaine, nous avons tous été choqués par les propos malveillants, malheureux et génocidaires de Monsieur Gaston Mbengue qui réduit notre appartenance à la Nation sénégalaise à des noms de famille de son entourage immédiat.
Barthélemy Diaz est un sénégalais de coeur et de raison. Je n’en doute point. Sa famille a plusieurs fois honoré le drapeau national. Son père a plusieurs fois servi l’État loyalement. Monsieur Jean Paul Diaz a payé de sa liberté pour nos libertés actuelles notamment de la liberté d’expression. Gaston abuse de celle-ci pour exclure des gens qui ne partagent pas ses convictions politiques, c’est ignoble!
Nous sommes un pays de sang-mêlé, une Nation dont la devise est Un peuple- Un but- Une foi. C’est le résultat de plusieurs branchages facilités, nous apprend Babacar Justin Ndiaye par ce que le Sénégal, notre pays, est une vaste plaine. Monsieur Gaston Mbengue, vous avez rendu la semaine épouvantable.
Je suis heureux de constater que les propos répréhensibles de ce Monsieur ont créé l’émoi dans le pays et rassuré des condamnations. Il est vrai que les autorités étatiques, de la justice sont restées aphone mais je ne perds pas espoir.
En parlant d’espoir, une lueur nous est venue du centre du pays, de Linguère, le Maire de cette ville, Monsieur Aly N Ndiaye, a accueilli une figure de l’opposition dans une ambiance de fête. Une preuve que nous pouvons gérer nos contradictions fondamentales dans le respect et la considération mutuel.
Forte heureusement cette perspective et ces choix d’hommes pondéré qui ne sont pas dans des confrontations sanglantes, meurtrières et dont les verbes ne sont pas excessifs, existent à travers Monsieur Ibrahima Dème du Mouvement Ensemble, Monsieur Abdourahmane Diouf du parti Awalée, Monsieur Thierno Alassane Sall de la République des Valeurs.
Hady Wane