20 mai 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

‘’Sukëru koor’’ à l’Assemblée nationale: Guy Marus Sagna dénonce et parle de détournement

Le député Guy Marius Sagna a dénoncé vigoureusement ce qui s’est passé à l’Assemblée nationale concernant l’affaire de ‘’Sukëru koor’’ (Cadeau durant le mois de ramadan).  Il révèle sur sa page facebook: « l’assemblée nationale du Sénégal m’a proposé de prendre 100.000 FCFA de ‘’Sukëru koor’’ ».
Le combattant de l’injustice n’approuve pas ces pratiques et refuse catégoriquement de prendre cet argent.  « Je dénonçais ces pratiques pendant longtemps avant que le peuple africain du Sénégal ne fasse de moi son représentant à l’Assemblée nationale du Sénégal. Ce n’est pas aujourd’hui que je vais prendre ces 100.000 FCFA de « Sukëru koor » de l’Assemblée nationale », déclare-t-il.
Guy Marius Sagna  trouve que l’argent de ce ‘’Sukeru koor’’ distribué par l’Assemblée nationale procède « d’une logique d’accaparement, de « paaco » (partage), de détournement, de parasitisme, de vampirisme des ressources des Sénégalais au profit de personnes qui ne sont que des serviteurs, des représentants du peuple sénégalais. »
Alors que , dit-il, beaucoup de travailleurs souffrent et ont des arriérés de salaire. « Les travailleurs du FERA de Pikine-Est courent derrière 10 mois d’arriérés de salaire,  les surveillants de l’Université numérique Cheikh Hamidou Kane (UNCHK) courent derrière trois (03) mois d’arriérés de salaire, les jeunes du programme xeyu ndaw ni courent aussi derrière des mois d’arriérés de salaire et les conseillers en emploi de l’ANPEJ courent derrière trois (03) mois d’arriérés de salaire , a-t-il énuméré.
Ce qui lui a fait dire que l’institution parlementaire, en plus de refuser son contrôle par la commission de comptabilité et de contrôle de l’Assemblée nationale pendant les 12 mois que qu’il a été le vice-président continue « des pratiques d’un autre temps. »
Toutefois le député souhaite vivement une nouvelle majorité à l’Assemblée nationale du Sénégal pour une 15ème législature de rupture, de transformation. Ceci, espère-t-il, « pour une Assemblée réellement nationale, démocratique, populaire».
                                    NDEYE ASTOU KONATE.