14 avril 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Secteur extractif : Le Forum civil outille des journalistes sur l’accès à l’information et de la redevabilité

Durant deux jours, le Forum Civil a échangé avec des journalistes issus des collectivités minières du Sénégal sur les thématiques du droit d’accès à l’information et de la redevabilité dans le secteur extractif. 
« C’était pour nous une occasion de revenir sur les différents projets dans le secteur extractif, en particulier dans le secteur pétrolier et gazier. Mais surtout de revenir avec le Cospetrogaz sur les projets GTA et sur le projet Sangomar, le projet Teranga Yaakaar ainsi que les autres projets en vue. Avec le ministère du Pétrole et des Énergies, nous avons échangé sur les questions relatives à l’audit des coûts ou bien des opérations pétrolières au niveau du Sénégal. Nous avons également échangé avec les journalistes sur le droit de l’accès à l’information. Parce qu’on ne peut pas parler du secteur extractif sans évoquer la question de la transparence, de l’accès à l’information et de la redevabilité », a expliqué le coordonnateur du Forum civil.
Pour Birahime Seck, il s’agissait surtout de recueillir les propositions des journalistes sur des enquêtes qu’ils pourraient mener dans les collectivités minières. « L’une des faiblesses qu’on a constatées dans le secteur, c’est la question de la redevabilité. Nous avons constaté qu’il y a des missions qui sont conférées aux organes de gestion et de supervision dans le secteur extractif, mais on se rend compte qu’il y a un problème de redevabilité. Prenons  l’exemple des travaux qui sont faits par les experts du Cospetrogaz. Il y a un défi qu’on doit relever actuellement : c’est celui de la redevabilité. Aujourd’hui, on nous dit que les ressources naturelles appartiennent au peuple, mais aucun Sénégalais ne pourra vous dire sur les missions exécutées par le CosPetrogaz en termes d’évaluation du potentiel gazier et pétrolier du Sénégal et en  termes d’évaluation des stratégies et de programmes, en termes d’audit. Aucun Sénégalais ne pourra vous dire les résultats de ces audits et stratégies. Donc, on voudrait que ces techniciens fassent l’effort de rendre visibles, mais également de rendre publics les rapports qu’ils produisent en termes d’audit dans les hydrocarbures, mais également dans le secteur des mines », explique M. Seck.