22 juillet 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

RTS : Les travailleurs vent debout contre les décisions ‘’illégales’’ du DG Pape Alé Niang

 La tension est vive à la Radiotélévision sénégalaise (RTS) où les travailleurs et le nouveau directeur général Pape Alé Niang sont à couteaux tirés. Arborant des brassards rouges, les travailleurs ont décidé, à l’issue de l’assemblée générale du collège des délégués, de traîner le tout nouveau DG devant les juridictions compétentes pour avoir unilatéralement suspendu leurs avantages acquis de haute lutte.
« Les travailleurs de la RTS s’attendaient à ce que le nouveau directeur remobilise les troupes pour donner un nouveau souffle à la chaîne. Ils ne s’attendaient pas à ce qu’il vienne s’attaquer à leurs droits et leurs acquis. A peine installé, et bonjour les conflits ! C’est une grave erreur de sa part. Il ne peut pas trouver un accord scellé entre l’Etat et travailleurs, et vouloir le remettre en cause », dénonce Mama Moussa Niang, coordonnateur du collège des délégués en marge de l’AG tenue cet après-midi au triangle sud.
Le journaliste dénonce les actes de défiance répétés que son confrère et DG Pape Alé Niang est en train de poser. « D’abord il a décidé de couper l’avance Tabaski que tous les fonctionnaires de l’État perçoivent. Ensuite, il nous prive du fonds commun que nous recevons chaque mois de juin. Ce n’est pas un scandale puisque plusieurs services de l’État en bénéficient. C’est prévu par les textes, donc il n’y a aucune illégalité », explique-t-il.
Pire, ajoute Mama Moussa, « le nouveau DG décide de rompre la collaboration avec plusieurs employés qui avaient des contrats à durée déterminée. Ceci, sans raison valable ». Selon lui, le justificatif de la rationalisation des dépenses qu’il (Pape Alé Niang) avance est « totalement fallacieux ».   « Il nous parle de rationalisation des dépenses de l’État. On ne rationalise pas en faisant des ponctions sur les salaires de pauvres fonctionnaires. Si l’État tient réellement à rationaliser les dépenses, on n’a qu’à dissoudre le CESE, le HCCT ou d’autres agences budgétivores », fulmine-t-il.
S’agissant de l’accord d’entreprise, le coordonnateur du collège des délégués du personnel balaie d’un revers l’argument brandi par le nouveau DG selon lequel cet accord aura « une incidence financière annuelle de 1 800 000 000 F CFA et un impact de 1 350 00 000 F CFA sur l’année en cours ». « L’accord d’entreprise, dont il parle, existe depuis 20 ans et est renouvelé chaque 10 ans. Donc il n’y a rien de nouveau. Cet accord d’entreprise a été budgétisé et voté à l’Assemblée nationale depuis 2023 donc c’est bel et bien soutenable », corrige Mama Moussa Niang qui informe que ces décisions seront attaquées devant les juridictions compétentes.
                                                              THIEBEU NDIAYE.