24 février 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Report des élections : la ligue des imams et l’amicale des cadres musulmans invitent l’Etat à revenir sur sa décision

L’amicale des cadres musulmans, la ligue des imams et prédicateurs ont jugé illégitime et anticonstitutionnel  la décision de Macky Sall sur le report des élections. Ces derniers invitent l’Etat à prendre ses responsabilités et à revenir sur sa décision. Ils  exigent également  aux organisations la tenue des élections et surtout une transmission pacifique du pouvoir.

A en croire les religieux « ce n’est pas une bonne idée ce report des élections »

L’Imam Ismaïla Ndiaye, le président réfute même l’idée d’un dialogue. « C’est qu’on ne peut pas nous parler d’aujourd’hui de dialogue parce qu’il y a rupture de confiance. Il faudrait reprendre le processus » a-t-il déclaré.

« Les juristes l’ont dit, il y a des solutions jusqu’en avril 2024, c’est le président qui reste le président de la république. Donc il y a des moyens d’ici le 02 mars qui nous sépare de la fin de son mandat de 30 jours d’organiser des élections » a-t-il ajouté.

Ainsi Imam Ismaïla Ndiaye a invité le chef de l’Etat à organiser les élections.

« Je pense que le président va se ressaisir pour laisser le processus continuer et organiser des élections. Pour le plus grand bonheur des populations qui veulent s’exprimer car c’est le seul moyen qui puisse leur permettre de respirer dans une démocratie » a-t-il évoqué.

L’amical des cadres musulmans du Sénégal abonde aussi dans le même sens, Ain si le Docteur Abdou Karim Diaw condamne aussi ce report et soutient l’idée d’une reprise du processus électoral, parce que rien n’est encore perdu.

Ces décisions sont anti constitutionnelles, illégales et illégitimes à en croire Docteur Diaw.

Nous invitons donc les autorités compétentes à prendre en charge l’organisation des élections à temps et permettre une transmission pacifique du pouvoir le 02 avril 2024 au nouveau président qui sera élu par le peuple souverain.

Nous dénonçons en même temps la restriction des libertés, la rupture des radios, la coupure de Walfadjri » a-t-il dit.