20 mai 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Place des femmes dans le Gouvernement : Le Cadre de concertation organise un rassemblement ce samedi

Dans un communiqué, le Cadre de concertation des citoyens pour la préservation et la sauvegarde des droits des femmes et des filles au Sénégal annonce un rassemblement ce samedi 04 mai à la Place du Souvenir. Ce mouvement compte « dénoncer collectivement la sous représentativité des femmes dans le 1 er gouvernement du nouveau régime sénégalais ».Voici, in-extenso, leur communiqué reçu à Seneweb. 
« Dakar, le 03 mai 2024, le cadre de concertation des citoyens pour la préservation et la sauvegarde des droits des femmes et des filles au Sénégal organise le Samedi 04 Mai 2024 à partir de 10h à l’Auditorium de la Place du Souvenir Africain un rassemblement populaire pour présenter publiquement un Manifeste pour la prise en compte des besoins spécifiques des femmes et des filles dans la formulation et la mise en œuvre des politiques publiques ainsi que le renforcement de leur participation dans les instances de gouvernance.
En effet, ce cadre est un regroupement spontané de citoyens et citoyennes sénégalais.e.s de  tous les horizons, d’organisations de la société civile nationale et d’organisations de défense des droits des femmes en vue de dénoncer collectivement la sous représentativité des femmes dans le 1 er gouvernement du nouveau régime sénégalais a la suite des élections présidentielles du 25 Mars 2024. Sur 25 ministres, 5 secrétaires d’État, et 4 membres du cabinet du chef d’État, soit 34 postes, seules 4 femmes sont présentes.
Cette inqualifiable sous-représentation induit une perte intolérable d’intelligences et de visions que seuls le pluralisme et l’inclusion permettent de garantir. Il n’y a aucun secteur dans lequel on ne trouve pas des femmes qui allient compétence, expérience et dévouement de premier ordre.
À ce manquement, s’ajoute la revendication contre la suppression du mot “FEMME” dans la nouvelle dénomination du ministère de la Famille et des Solidarités. Cela est sans nulle doute une marque de régression après plus de 60 ans de plaidoyer et d’actions concertées en vue d’obtenir des avancées significatives en matière de droits des femmes et des filles. Le manifeste qui sera lu publiquement va permettre d’alerter sur la nécessité d’une gouvernance démocratique inclusive avec une représentativité substantielle des femmes aux sphères de décisions publiques ».
                                                               MOUHAMED CAMARA.