22 juillet 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Pastef et le Rassemblement national : Me Ngagne Demba Touré écarte cette comparaison

Dans une récente interview sur TV5 Monde, Ngagne Demba Touré, le coordinateur national de la Jeunesse des patriotes du Sénégal (Pastef), a clarifié les différences fondamentales entre son parti et le Rassemblement national (RN) français. Une déclaration qui intervient dans un contexte de débats intenses sur les perspectives politiques et économiques du Sénégal sous la nouvelle administration. La partie la plus marquante de l’interview a été consacrée   à la clarification de la position du Pastef par rapport au RN. Alors que le journaliste tentait de dessiner un parallèle entre les deux partis, Ngagne Demba a fermement rejeté cette comparaison.
 « Pastef est un parti de patriotes. Sur le plan souverainiste, Pastef n’a rien à voir avec le Rassemblement national. Nous ne pouvons pas admettre cette assimilation », a-t-il affirmé avec conviction.
Chargé de la coordination de la jeunesse de son parti, Me Touré a insisté sur le fait que le Pastef se distingue par son appel au patriotisme et son ambition de bâtir une économie endogène, transformée structurellement par et pour les Sénégalais, tout en restant ouverte aux collaborations internationales. « Pastef, dès ses débuts, a toujours refusé de s’arrimer à une idéologie politique internationale », a-t-il rappelé.
Les relations franco-sénégalaises : un partenariat gagnant-gagnant
Abordant la question des relations entre le Sénégal et la France, le jeune responsable politique a souligné la nécessité d’un partenariat mutuellement bénéfique. « La France a toujours été un partenaire pour le Sénégal. Nous voulons que cela demeure, mais dans le cadre d’un partenariat gagnant-gagnant », indique-t-il.
Renégociation des contrats miniers et gaziers
 Lors de cette interview accordée à nos confrères de la TV5 Monde, le directeur général de la Société des mines du Sénégal (SOMISEN) s’est également prononcé sur la renégociation des contrats miniers, pétroliers et gaziers.  Nouvellement installé, le greffier titulaire d’un Master II en droit et gouvernance des énergies et des mines a mis en exergue les déséquilibres actuels de ces accords.
 Il a, par ailleurs, critiqué les conditions qui, selon lui, favorisent excessivement les compagnies étrangères au détriment de l’État sénégalais. « Aujourd’hui, tout le monde sait que ces contrats sont déséquilibrés du point de vue de la masse des revenus générés par la plupart des compagnies et les miettes qui sont reversées à l’État du Sénégal.  Il est temps que l’État du Sénégal dise à ces compagnies que nous voulons un partenariat qui profite au peuple sénégalais, notamment aux communautés locales », a-t-il ajouté en évoquant les montants dus à l’État en termes de redevance, impôt et taxe souvent non recouvrés.
                                                                               ABSA DIONGUE.