22 février 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Karim Wade (C), son of Senegal's former president Abdoulaye Wade, attends a rally of his father's political party Parti Democratique Senegalais (PDS) in Dakar, in this file picture taken December 6, 2012. Senegalese police arrested Karim Wade on April 15, 2013 on suspicion of illegally amassing some $1.4 billion during his father's tenure, his lawyers said. REUTERS/Joe Penney/Files (SENEGAL - Tags: POLITICS)

MISE EN PLACE DE LA CEP : KARIM WADE SE RÉJOUIT D’AVOIR REMPORTÉ UNE PREMIÈRE VICTOIRE

La Commission d’enquête parlementaire a été mise sur pied,hier mercredi, en plénière à l’Assemblée nationale . Elle a un but : elle doit remettre Karim Meïssa Wade dans le jeu. Du moins, c’est ce que semble dire le Pds qui assure qu’il «n’y aura pas d’élection présidentielle sans la présence de Karim Wade».

Le Parti démocratique sénégalais (Pds), en demandant une mise sur pied d’une Commission d’enquête parlementaire pour entendre deux juges constitutionnels, avait manifesté une volonté de transparence dans la gestion du processus électoral.

Le Pds avait ainsi pointé un doigt accusateur sur deux juges constitutionnels en les soupçonnant de corruption et de conflits d’intérêts. Mais depuis la plénière d’hier à l’Assemblée, les motivations semblent un peu plus claires.

La majorité des députés du Groupe Liberté, démocratie et changement plaide pour la participation de Karim Wade à l’élection présidentielle. A contrario, ce serait un report du scrutin présidentiel.

Pour la députée Woré Sarr,il s’agit aujourd’hui de procéder à l’arrêt de tout le processus électoral et faire la lumière par le biais de la commission d’enquête parlementaire mise en place par le Pds.

Relativement au soupçon de corruption présumé porté à l’encontre de deux juges du Conseil constitutionnel. Mais pour le député Bara Gaye de Yewwi Askan Wi, à ce stade du processus électoral, il n’est plus possible de reporter la présidentielle.

Seydou Diouf président de la commission des lois va plus loin. Selon lui, cette procédure ne saurait être suspendue tant qu’une information judiciaire n’a pas été ouverte et notifiée au président de l’Assemblée nationale, renseigne le Quotidien.