22 juillet 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

MÉDIAS : « IL N’Y AURA PLUS D’EFFACEMENT DE DETTE FISCALE », (BASSIROU DIOMAYE FAYE)

Le président de la République Bassirou Diomaye Diakhar Faye a déclaré qu’il n’y aura plus d’effacement de dette fiscale. Le chef de l’État parle d’un chantage qui ne marchera plus. Mais il dit attendre les propositions des patrons de presse pour trouver une solution à cette situation.

« Cette question du non reversement des cotisations sociales nous permet de parler de la situation des entreprises de presse. Je ne pense pas qu’une entreprise de presse, quelle qu’elle soit, puisse bâtir son modèle sur la base d’injection de fonds, d’exploitation, faire des bénéfices et ne pas payer des impôts pour garder plus de bénéfice ou pour régler même les problèmes de l’entreprise« , a-t-il déclaré lors de l’audience qu’il a accordé à la Convention des jeunes reporters.

Fraude fiscale

Le locataire du Palais de Roume estime qu’un modèle social ne peut pas être battu sur la base de la fraude fiscale. « Ce n’est pas possible. Aucun pays sérieux n’accepte ça« , a-t-il lâché indiquant que ce n’est pas la première fois qu’on parle d’effacement de dette fiscale. « Le dernier effacement, c’est la dernière fois que ça se passe. »

Prélèvements sur les « maigres » salaires

Il rappelle que c’est la loi qui dit que quand on emploie quelqu’un, il faut payer des impôt. « On vous a fait des prélèvements sur vos maigres salaires et les entreprises en question, pour certaines en tout cas, les plus grands débiteurs de cette dette fiscale là, ne sont pas partis payer« , déplore le président de la République.

Et dire que cette histoire de fraude fiscale là, d’abord c’est fini.

« Ce chantage ne marche pas »

Dans la foulé, le Chef de l’Etat a souligné qu’il est le seul Sénégalais qui a levé la main et qui a juré de respecter la loi. « Mais Alhamdoulilahi, j’ai juré aussi de la faire respecter. Ce chantage ne marche pas. Maintenant, s’ils veut des solutions, j’attends qu’ils m’ecrivent pour me dire voilà les pistes de solutions qu’on veut proposer. Et on va être inventif« , a-t-il conclu.

BIRAMA THIOR.