Le candidat du pouvoir à l’élection présidentielle en Mauritanie, Mohamed ould Ghazouani, a été élu avec 52% des suffrages au premier tour, selon les résultats provisoires annoncés dimanche soir par la Commission électorale.

Un général va donc succéder à un autre général à la tête de la Mauritanie. Crâne rasé et fines lunettes sur le nez, c’est un homme effacé qui arrive à la tête du pouvoir. Militaire de carrière, il est affecté au deuxième bureau de l’armée chargé du renseignement militaire quand il participe au coup d’État de 2005 contre le président Ould Taya. Discret, il fait alors partie de ceux qui comptent dans la junte.

À ses côtés Mohamed ould Abdel Aziz, rencontré à l’académie militaire de Meknès au Maroc au tout début des années 1980. C’est avec lui qu’il renverse encore en 2008 Sidi ould cheikh Abdallahi, le civil qu’ils avaient porté au pouvoir un an plus tôt.

Nommé chef d’état-major après ce nouveau coup d’État, avant de passer quelques mois au ministère de la Défense, Mohamed ould Ghazouani a évolué depuis dans l’ombre du président sortant. Il jouit d’une bonne réputation au sein de l’armée et s’est imposé comme un homme clé du dispositif sécuritaire.

Issu d’une famille maraboutique originaire du centre du pays, il est décrit par ceux qui l’ont côtoyé comme « un homme fin, ingénieux et courtois ». « Un militaire qui sait où se trouve le pouvoir réel et qui n’a jamais cherché la lumière de la présidence », confie un diplomate étranger. Un homme dont le style tranchera immanquablement avec celui de son prédécesseur.

Rfi