24 février 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Le Sytjust paralyse encore le service public de la justice pour 72 heures

C’est leur onzième plan d’actions. Depuis presque trois (3) mois, le syndicat des travailleurs de la justice (Sytjust) est en grève. Ce matin, ils ont encore décrété 72 heures de plus. Tirant, de nouveau, sur le ministre de la fonction publique, Gallo Ba, les protestataires parlent de sabotage et demandent au chef de l’Etat de reprendre les choses en mains pour l’application de la réforme de 2018.

Ils l’avaient dit, ils l’ont fait. Le Syndicat des Travailleurs de la Justice (SYTJUST) poursuit le combat pour la satisfaction de ses revendications. Aujourd’hui, mardi 30 janvier 2024, ils ont décrété une grève de 72 heures qui commence dans la matinée, « pour dénoncer encore le sabotage de la réforme du statut particulier des fonctionnaires de la Justice consentie par son Excellence le Président de la République, Monsieur Macky Sall. »

La réforme : le passage direct des greffiers à la hiérarchie A2

Que dit cette réforme ? « Elle (réforme) devait consacrer depuis 2018 le passage direct des greffiers à la hiérarchie A2 et le reclassement du personnel dans le corps des assistants des greffes et parquets. » Non appliquée depuis six (6) ans, « le Sytjust entame ainsi son onzième plan d’action sans aucune réaction du Ministre de la Fonction publique qui est le facteur de blocage de la mise en œuvre de cette réforme. Cela fait onze semaines que le service public de la justice est bloqué. »

« Le ministre de la fonction publique, Gallo Ba, a montré ses insuffisances de management … »

Dans ce conflit, poursuivent toujours les syndicalistes dans leur communiqué, « le Ministre de la Fonction publique, Monsieur Gallo Ba a clairement montré ses insuffisances de management. Sa seule option est le pourrissement pour prendre les travailleurs de la justice à l’usure. C’est, cependant, compter sans sur leur pugnacité et leur engagement à œuvrer pour l’amélioration de leurs conditions professionnelles et sociales. »

C’est la raison pour laquelle « Monsieur le Président de la République doit, pour une urgence avérée, reprendre les choses en main face à la faillite de gestion du Ministre de la Fonction publique. »

 

Avec Seneweb