Après le succès de son premier album dénommé Loudoul Yalla neen la (il n’y a que Dieu qui compte) sorti en 2019, le rappeur Cool10 vient de lancer son second album composé de 10 titres, « Tank Kanam », fruit de trois années de dur labeur. Ce jeudi lors de la présentation officielle de son travail, le natif de NGB, une localité qui a vu les ténors du mouvement hip-hop dont le mythique groupe Rapadio, est revenu sur le message véhiculé.

Selon le jeune rappeur de Narry Taly, le principal message véhiculé à travers ce titre « Tank kanam », est que l’être humain doit « croire en soi, en ses qualités et potentialités et être déterminé à réussir, contre vents et marées ».

Entre conseils, sensibilisation entre autres, le rappeur slalome entre les valeurs et les qualités intrinsèques qui constituent des sentinelles dans un monde en perpétuelle mutation, où la déperdition se creuse de manière effrénée, pour donner aux jeunes les viatiques leur permettant de s’en sortir indemnes.

«Il faut que les jeunes croient en eux-mêmes, prennent leurs responsabilités, se fixent des objectifs de réussite clairs et se donnent les moyens de les atteindre», lance le rappeur, sous les ovations de la pléthore de fans venus assister à la présentation du nouvel album.

Entre le chiffre 10 et l’artiste rappeur de NGB, c’est une affaire d’original. Il veux se démarquer, en fait et se créer son « monde » original. Le chiffre 10 complète, non seulement son nom d’artiste Cool, mais aussi apporte une touche symbolique dans ses productions. En effet, le premier album, à l’instar du deuxième, est composé de 10 titres.

« Le Cool et le 10 c’est pour montrer aux gens ma particularité, que je suis dans mon monde et je fais la différence. », argue Cool10.

Interrogé sur la polémique sur le rap lourd ou smart, il choisit d’être équidistant et de promouvoir la liberté. « Chacun a la latitude de faire comme il le sent. Il n’y a pas une exigence qui dit que le rap doit être comme ça ou comme ça. », indique-t-il.

Pour lui, avec l’évolution de la musique au niveau universel, on ne peut plus s’accrocher à un seul style. « Les nigérians, par exemple, ont créé leur propre musique et l’ont développée au niveau mondial. Ici au Sénégal, nous avons le Mbalakh. Qu’on le veuille ou non on n’y peut rien. C’est notre culture. », souligne le rappeur.

A l’en croire, « on peut faire la symbiose des choses, apporter une touche Mbalakh à ce que nous faisons ». « Quand tu écoutes, tu sauras que cette touche-là est purement sénégalaise. C’est important. »

Sous un autre registre, Cool10 souligne que « les artistes doivent nourrir de leur sueur ». Ils font des albums et tout et ils sont écoutés, souligne-t-il, avant d’inviter la Sodav à accompagner davantage les artistes pour qu’ils puissent vivre de leur art.