Une vingtaine de journalistes sénégalais et de la sous-région ont bénéficié d’une formation de deux jours sur les flux financiers illicites (FFI) en provenance d’Afrique, intiée par la fondation TrustAfrica basée à Dakar.

L’objectif de cet atelier de haut niveau, animé par John Kaninda, avocat au Barreau de Kinshasa ; Mactar Silla, ancien Dg de la Rts et Dg de Label TV ; Mme Souad Aden-Osman, coordonnatrice du secrétariat du panel de haut niveau sur les FFI en Afrique ; Briggs Bomba, directeur des programmes de TrustAfrica et Ebrehima Sall, directeur exécutif de TrustAfrica, c’est de renforcer les capacités des journalistes et des professionnels des médias sur les problèmes liés aux flux financiers illicites.

En marge de cet important atelier qui s’est tenu du 23 au 24 juin 2022, dans les locaux de TrustAfrica, les journalistes participants, qui ont tous reçu des attestations, ont résolu et affirmé ce qui suit :

1- Alors que les flux financiers illicites constituent un grave danger pour le développement de l’Afrique, il est devenu urgent et impératif de mener une action médiatique concertée contre eux ;

2- La création d’un réseau qui s’appellera Journaliste africains contre les flux financiers illicites(AJAIFF).

3- L’AJAIFF renforcera les capacités de ses membres et d’autres journalistes et professionnels des médias non seulement dans la sous-région mais à travers le continent pour mettre en lumière les problèmes des FFI ;

5- L’AJAIFF travaillera en équipe, enquêtera, partagera des informations et des expériences sur les questions des FFI et travaillera à leur éradication ;

6- L’AJAIFF collaborera avec les organismes et institutions régionaux et continentaux pertinents tels que l’UA, la CEDEAO, TRUST AFRICA sur les questions liées à l’IFFS ;

7- L’AJAIFF aidera à constituer un vivier de journalistes d’établissements d’enseignement supérieur en formation pour devenir les futurs champions des IFF en influençant les programmes d’études.

Un atelier qui rêvet une importance capitale, vu que les flux financiers illicites constituent un réel problème de développement du continent africain. Et pour les journalistes sénégalais, cette formation est d’un intérêt particulier, sachant que l’exploitation des importants gisements de pétrole et de gaz découverts dans le pays va bientôt démarrer.