16 avril 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Coronavirus: dépistage à dimension variable

Le Royaume-Uni, très durement touché par le coronavirus après une réaction plus tardive que ses voisins, va à présent tester davantage d’habitants. L’Allemagne qui, elle, a commencé très tôt à dépister annonce une augmentation du nombre de tests PCR. La stratégie de dépistage ciblé, accompagnée de l’isolement des personnes positives, appliquée outre-Rhin est de plus en plus répandue. La France commence à la mettre en place, mais les divergences persistent entre pays.

900 000 tests de dépistage par semaine, c’est le nouvel objectif que se fixe l’Allemagne, déjà très en avance parmi les grands pays européens. Pour l’instant, la moyenne y est d’environ 450 000 tests/semaine. Ces tests de type PCR vont être généralisés auprès du personnel de santé, dans les hôpitaux ou les établissements tels que les maisons de retraite. « Il est très très important de voir, après ce que nous avons atteint ces dernières semaines, (…) que le plus grand risque d’un déclenchement du virus est le système de santé » a déclaré mercredi le ministre de la Santé, Jens Spahn, qui souhaite un dépistage le plus préventif et le plus complet possible.

D’après les autorités allemandes, cette stratégie de dépistage précoce a permis de limiter la contamination. De fait, l’Allemagne déplore beaucoup moins de victimes que ses voisins français ou italiens. Et pourtant, l’Italie, pays le plus endeuillé de l’Union européenne, fait davantage de tests que l’Allemagne en proportion de la population, selon l’OCDE, qui a procédé à un classement.OECD  Better policies for better lives@OECD

REVISED NEW UPDATE: @OECD_Social Policy Brief “#Testing for #COVID19: A way to lift confinement restrictions” posted yesterday has now been revised & updated. For up-to-date version of brief, clarification & explanation see:http://www.oecd.org/newsroom/Clarification-on-Diagnostic-Testing-Data-in-OECD-Analysis-on-Testing-for-COVID-19-A-way-to-lift-confinement-restrictions.htm …

Voir l'image sur Twitter

603Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité744 personnes parlent à ce sujet

À l’inverse « certains pays ont mis beaucoup de temps à prendre la mesure de la gravité de la situation, rappelle le Pr Renaud Pialloux, chef du service de parasitologie de l’hôpital de la Pitié-Salpétrière, et n’ont pas toujours de stratégie très bien définie ». Au Royaume-Uni, le conseiller scientifique de Boris Johnson Patrick Vallance reconnaissait le 12 mars « quatre semaines de retard ». Jeudi dernier, les autorités britanniques ont élargi le public concerné par les tests : désormais par exemple, soignants et résidents des maisons de retraite pourront faire un test même s’ils ne présentent pas de symptômes. Mais au sein même du royaume, les avis divergent, le Pays de Galles veut continuer à tester uniquement les personnes qui ont des signes de la maladie.

Tester mais avec une stratégie globale

Difficile de s’y retrouver. Mais une chose est sûre, le nombre de tests pratiqués n’est pas en lui-même un indicateur pertinent, explique le professeur Piarroux, qui balaye d’un mot l’idée du dépistage généralisé : « inutile ». Renaud Piarroux est l’un des initiateurs du dispositif Covisan. « Les tests, seuls, ne sont pas la solution. Le dépistage doit s’inscrire dans une stratégie précise, poursuit-il. Il faut détecter, à partir des malades, les cas autour de lui. On trouve alors des asymptomatiques positifs et on les aide à s’isoler pour qu’ils ne communiquent pas la maladie à d’autres personnes ».

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mailS’abonner

C’est la stratégie outre-Rhin :« L’Allemagne a beaucoup testé, car elle a pris le problème plus en amont que la France par exemple, et elle a donc pu monter en puissance avant le pic épidémique. Elle a par ailleurs bénéficié d’une industrie d’appareils biomédicaux importante, et toute la technologie de la PCR (réaction en chaîne par polymérase, le type de test diagnostic considéré comme le plus fiable) y était disponible ». C’est cette même stratégie que le Premier ministre Édouard Philippe a présentée mardi 28 avril aux Français, ce dont se réjouit le Pr Piarroux. « Au départ, on n’a certainement pas fait suffisamment en France, on était peut-être en difficulté », estime-t-il, tout en précisant qu’à l’apparition des premiers cas les autorités sanitaires ont testé et remonté les chaînes de transmission. Mais la France a été « prise de vitesse » poursuit-il. « Un trop grand nombre de malades demande des moyens humains impossibles à déployer pour remonter la chaîne de transmission. On espère à présent pouvoir enquêter sur 1000 à 2000 nouveaux cas par jour, mais quand on est à 50 000 c’est tout simplement impossible ». Une bonne stratégie doit aussi apporter une aide matérielle pour que les personnes contaminées puissent s’isoler. Madrid, très vite confrontée à la saturation de ses hôpitaux, a transformé dès le 19 mars un grand hôtel en structure médicalisée pour accueillir les convalescents.

Stratégie, moyens matériels et industriels disponibles : à ces facteurs de disparité d’approche entre pays, s’ajoute la dimension culturelle. Au début, « il était plus facile de faire admettre qu’il fallait porter des masques en Chine ou en Asie qu’en France », constate le Pr Piarroux qui estime que les choses évoluent dans le bon sens. Avec cette réserve : « il y a des pays dont les dirigeants sont carrément des obstacles à la lutte contre le coronavirus ». Au Brésil, le déni continue, et aux États-Unis le président se demandait récemment si l’on peut injecter du désinfectant dans les poumons. Commentaire de Renaud Pialloux : « C’est pas gagné ! ».