22 juillet 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

BOROM BAGDAD CÉLÉBRÉ – Touba se rappelle le plus connu de ses Imams et regretté quatrième Khalif général des Mourides

C’est encore dans la ferveur que Touba  se rappelle Serigne Abdou Khadre Mbacké. Ce magal est également une occasion pour revivre les circonstances ayant accompagné la naissance de ce guide spirituel . À ce propos, la tradition raconte qu’après sa naissance, une nuit de vendredi de l’an 1914 (3 Muharram (Tamkharite) de l’an 1333 Hégire) à Daroul Alim à Ndame, commencèrent les bienfaits qui, toute sa vie durant bénéficiaient aux contemporains de l’Imam de Touba. En effet, dès qu’on lui a annoncé l’heureux événement, Cheikh Ahmadou Bamba a convoqué son frère et homme de confiance, Mame Thierno Ibra Faty pour lui confier la mission de se rendre à Ndame afin de faire le nécessaire requis en pareille circonstance.
 Au moment du départ, après lui avoir donné sa bénédiction, le Maître aurait dit à Mame Thierno : « Au nom et par la baraka de ce nouveau-né que tu vas visiter, sache qu’au cours de ton voyage, à l’aller comme au retour, tous ceux que tu auras à rencontrer ou à voir sont préservés des flammes de l’enfer ! » Ainsi, dès sa naissance, « Borom Bagdad » a commencé à incarner le bras vigoureux par lequel, Bamba a pourfendu tous les obstacles qui se dressent entre les créatures et leur salut. De tout temps, Djily a eu une influence bénéfique sur son entourage. Par la parole et par l’exemple, il a toujours eu à cœur d’inciter ses semblables à se consacrer sans réserve à Dieu et à son Prophète (PSL).
IMAM TOUTE SA VIE 
Serigne Abdou Khadre Mbacké aura vécu un séjour terrestre de 75 ans.  Certains disent qu’il est né imam et qu’il a vécu imam. Dans la pratique , il l’aura été pendant 21 ans.  De sa naissance, Djily boroom Bagdad a hérité une piété si profonde que nul n’est surpris que, tout naturellement, il ait exercé, toute sa vie durant les fonctions d’Imam. D’ailleurs, depuis 1968, date de la disparition de Cheikh Mouhamadou Fallilou Mbacké, il a régulièrement officié à la grande Mosquée de Touba. Il était rare qu’il soit absent de Touba. Toute sa vie durant, il n’a manqué la prière du vendredi à la Grande Mosquée que pendant son séjour en terre saoudienne, pour les besoins du pèlerinage, et durant la dernière semaine ayant précédé son rappel à Dieu. «Borom Bagdad» dirigeait ainsi les offices religieux et procédait lui-même aux prières mortuaires aussi souvent qu’il le pouvait. Un acte positivement interprété par les populations qui y voyaient des preuves, s’il en était encore besoin, d’une profonde humanité, d’une étroite implication dans toute forme d’action dont la finalité est le soulagement, le bonheur des musulmans. Imam de Touba pendant 21 ans, tous ses faits, gestes et paroles, étaient calqués sur ceux du meilleur des hommes, le prophète Mohammad (PSL).
À l’exemple de son père, Serigne Abdou Khadre montrait, à l’approche de l’heure de la prière, un regain d’enthousiasme frisant même l’euphorie. On le voyait alors s’apprêter avec la dernière minutie. C’est que Bamba a toujours considéré la prière comme une comparution devant le Maître du Trône Suprême. Il fallait donc pour cet instant solennel observer un soin corporel et vestimentaire très minutieux. On pouvait alors voir Serigne Abdou Khadre, délicieusement parfumé, se rendre au lieu de culte d’un pas alerte. Ami de tout le monde, l’Imam de Touba avait une popularité telle que tous les habitants de la cité, à commencer par ses frères, le considéraient comme leur guide. D’une nature généreuse, comme son père, Serigne Abdou Khadre était très prodigue de ses prières sur tous ceux qui le sollicitaient à cet effet, surtout les malades qu’il guérissait de façon quasi miraculeuse si, tout bonnement, il ne « mettait pas la main à la poche » pour régler leurs frais médicaux, les ordonnances y compris.