Alors que le Sénégal dispose de ses premières doses de vaccin anti Covid-19 pour les cibles prioritaires en attendant la réception d’autres doses pour démarrer la vaccination de masse, rassurer et/ou convaincre la population apparait comme une gageure face à la défiance de certaines personnes vis-à-vis du vaccin. L’autre défi reste donc la stratégie de communication à mettre en place pour lever le voile de suspicions et pousser les populations à se faire vacciner librement contre la Covid-19.
 
«Il n’y a aucune raison de s’inquiéter, de douter ou de spéculer sur les vaccins anti Covid-19». C’est l’assurance donnée par le Président de la République, Macky Sall, avant-hier, mercredi 17 février lors de la cérémonie de réception des 200 mille doses de vaccin anti Covid-19 acquises auprès de la firme chinoise Sinopharm et destinées aux personnels de santé, aux personnes âgées de plus de 60 ans et celles vivant avec une comorbidité.

« J’exhorte les cibles prioritaires qui vont bénéficier de ce vaccin à respecter les rendez-vous nécessaires afin de recevoir les deux doses requises pour une protection efficace et dans la perspective de la vaccination de masse qui va débuter prochainement et je lance un appel à toute la population pour une adhésion totale à notre stratégie de vaccination », a déclaré Macky Sall. Sur ce, il a annoncé l’acquisition dans les prochaines semaines de 6 798 000 doses de vaccin qui « permettront d’entrer dans la phase de vaccination de grande masse ».

Toutefois, au-delà de l’acquisition de ces premières doses de vaccin, il reste aujourd’hui à gravir la montagne. C’est à dire convaincre les populations à se faire vacciner. Pour cause, certaines d’entre elles n’ont pas l’intention de le faire alors que d’autres même continuent de nier l’existence de la maladie depuis le début. Ce scepticisme vis-à-vis du vaccin anti Covid-19 s’explique d’une part par la rupture de confiance entre les populations et les gouvernants, la rapidité du développement du vaccin, entre autres.

Dans ce qui sera la grande bataille du Sénégal en matière de communication à mettre en place pour pousser les gens à se faire vacciner, s’ajoutera la lutte contre la désinformation autour du vaccin avec les infox (fausses informations) qui prolifèrent sur les réseaux sociaux surtout que la cérémonie de réception du premier lot de vaccins a fait l’objet de risée sur les réseaux sociaux. D’aucuns pensent que les priorités sont ailleurs dans le pays au lieu de perdre du temps sur la réception de vaccins.

En effet, dans certains pays comme les Etats-Unis ou Israël, ce sont les Présidents de la République ou les ministres qui ont donné le coup d’envoi de la campagne de vaccination contre la Covid-19 en se faisant vacciner publiquement devant les caméras. Cependant, personne n’est sans savoir l’apport incommensurable des chefs religieux dans la lutte contre l’épidémie au Sé négal qui s’est manifestée par le port du masque, la fermeture des lieux de culte, le report ou encore l’annulation de plusieurs évènements religieux.

On peut citer, entre autres, le Daaka de Médina Gounass, l’Appel des Layènes édition 2020, le Magal Kazou Razab, le pèlerinage Marial de Poponguine 2020, la ziarra omarienne et la ziarra générale de Tivaouane et du Gamou. Mais au-delà de tout cela, on peut aussi attendre de ces autorités religieuses d’indiquer la voie dans la campagne de vaccination contre la Covid-19 parce que ce sont de véritables porteurs de voix. Ils sont mieux même suivis que l’autorité politique. Sans oublier les chefs coutumiers et d’autres relais communautaires.

Un défi majeur s’annonce donc pour le Sénégal pour rassurer et susciter l’adhésion de la population au vaccin anti Covid-19.
sudonline

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here