24 juin 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

WIKILEAKS : JULIAN ASSANGE SUSPENDU À UNE NOUVELLE DÉCISION DE JUSTICE SUR SON EXTRADITION

À l’issue d’une audience ce lundi 20 mai, deux juges décideront s’ils accordent au fondateur de WikiLeaks un nouveau recours contre son extradition vers les États-Unis. Deux scénarios se profilent.

Après de multiples rebondissements judiciaires, fin mars, deux juges de la Haute Cour de Londres, avaient demandé aux Etats-Unis de nouvelles garanties quant au traitement qui serait réservé à Julian Assange, avant de se prononcer sur la demande du fondateur de Wikileaks d’obtenir un nouvel appel contre son extradition. Ce lundi, ils examineront la réponse des autorités américaines et décideront de lui accorder ou non un nouvel appel.

Les juges britanniques veulent s’assurer que Julian Assange n’encourra pas la peine de mort et qu’il pourra bénéficier, en cas d’extradition, de la protection du premier amendement de la Constitution américaine, qui protège la liberté d’expression.

La réponse américaine n’a pas été rendue publique, mais selon les proches de l’Australien, les autorités ont assuré qu’il pourrait chercher à faire valoir le premier amendement, sans s’engager formellement à ce que cela lui soit accordé.

Si les garanties américaines sont jugées valides par la cour, Julian Assange pourrait être envoyé vers les États-Unis dans les 24 heures suivant le verdict. L’Australien de 52 ans risque 175 ans de prison, après cinq ans d’un combat judiciaire érigé en symbole de la lutte pour la liberté d’informer par ses soutiens. Julian Assange aura alors épuisé tous ses recours au Royaume uni.

Son épouse et ses soutiens affirment qu’il risque un régime ultra-sécuritaire qui le conduirait au suicide. Dernier espoir : ses avocats saisiraient alors la Cour européenne des droits humains en espérant une action rapide qui permettrait d’empêcher que le lanceur d’alerte ne se retrouve dans un avion, rappelle notre correspondante à Londres, Emelin.

ASSANE SEYE.