24 mai 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Vers le Haut du désespoir : le monde a-t-il fondu dans le Mal ? (Par El Hadji Thiam)

Dans un poème provocateur, le poète ukrainien Yuri Izdryk suggère que le miasme de la violence et de la terre nous étreint de sorte que l’horreur devient la condition atmosphérique. Pour lui, le mal devient de plus en plus invisible à nos yeux et se dilate dans l’atmosphère et dans l’air que nous respirons. Le parallèle est ainsi très clair.

Diffusé de manière invisible, comme la brume dans l’air,

Tattonnant dans les fosses les plus profondes et les plus sombres, votre recherche sera vaine.

Vous ne pouvez pas dire que le mal est ici, le mal est là.

Cette lecture inspire autant car elle promène notre regard sur les secousses d’un monde de plus en plus tourmenté et sans point d’ancrage possible. Nos discours de paix et de guerre semblent aller ensemble ou de manière oxymorique. Pour preuve, l’oxymore de la guerre – avec des formules du genre/ guerre juste, guerre spirituelle, guerre morale, guerre politique, guerre injuste, _ est une réalité toute faite au chevet d’une ambition politique qui se cache sous le voile de la domination sanglante ou de la violation constante des droits humains et environnementaux. Toute cette terminologie n’a en effet engendré qu’une logique vindicative entre esprits, et nous donne le sentiment que la vengeance fonctionne mieux comme une conduite politique juste et appréciable dans les temps modernes. Il s’agit de se venger par exemple de son ennemi ou adversaire pour avoir droit de cité, ou même de s’arroger des droits politiques d’ingérence dans un autre Etat souverain pour mener à bien son destin de conquérant historique.

Qui sommes-nous ? La dignité humaine, cette valeur incalculable, sombre drastiquement sous le poids de la guerre. Au cœur du raisonnement sur les questions de justice sociale et politique, se projette ironiquement notre manque de connaissance des enjeux et du lexique de ces droits sociaux et politiques qui entourent nos différentes responsabilités. Tout est bon dans une parfaite confusion! Que faire à partir de ce moment? Si ce n’est peut-être de tout confondre dans un mouvement d’ensemble de lutte pour la justice sociale tout en méconnaissant la vraie source du problème.

Bien évidemment, les logiques d’expression humaine transparaissent sous des formes variées, mais ne faudrait-il pas que les humains comprennent eux-mêmes les fondements de la paix ainsi que les éléments qui permettent de distinguer le mal de la vérité? Pourquoi toujours les Juifs et non les autres ? La catégorisation des humains en Juifs et migrants semble faire l’affaire de tous ceux qui veulent un monde de confrontation et de divison. Au mépris de l’égale dignité des humains.

Est-il logique que des juifs innocents soient persécutés pendant la révolution bolchévique, ou durant l’occupation allemande, et encore aujourd’hui car tout simplement c’est eux le problème ? Ne devons-nous pas chercher les raisons de la guerre ailleurs qu’en cherchant à catégoriser à des fins de destruction ou de purification? Le mal est profond. Il nous définit.

El hadji Thiam est chroniqueur d’opinion. Il enseigne actuellement à l’école dentaire internationale EDI.