24 mai 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Vers le haut du désespoir : imaginez la guerre sans le spectacle (Par El Hadji Thiam)

“Par la guerre aussi et par la lutte commune, un peuple devient un peuple”, Fichte.

La guerre est un concept qui a connu pas mal de significations disparates dans tous les domaines de connaissance. Littéraires,sociologues, psychologues, philosophes, etc., ont toujours cherché à en donner une définition claire mais malheureusement floue. En 1906, le sociologue Jean Lagorgette a collectionné plus de cent cinquante définitions du mot guerre ; cette réalité continue d’exister jusqu’à aujourd’hui. C’est en effet un terme à la fois fascinant et terne selon les sensibilités politiques. Gaston Bouthoul est le premier français qui a réussi à fonder un institut de polémologie pour se pencher sur cette dure réalité humaine. A la suite, d’autres instituts de polémologie ont vu le jour, notamment en Italie et aux Pays bas.

La littérature de guerre

La guerre fait partie de la condition historique de l’humanité. Elle nous maintient en vie, nous donnant la possibilité de vivre également la paix. La guerre est ce qui donne de l’espoir aux peuples qui en sont victimes par la peur. Sa coloration psychologique n’est plus à démontrer depuis que Raymond Aron a cherché à fonder une théorie de “la guerre psychologique”. Cette vision divine de la guerre décèle une seule chose : les guerres ont toujours accompagné le destin des peuples. En clair, la guerre est même l’âme des peuples, de l’humanité. Imaginez maintenant la guerre de Troie sans l’Iliade de Homère, ou les règles de l’art militaire de Sun Tse. Mao Tse-Toung a trouvé inspiration en lisant ce grand chef-d’oeuvre. Nous ne pouvons pas non plus ignorer le poids de ces livres à valeur sacramentielle(La Henriade sans les guerres de religion par exemple. La chanson de Roland sans Ronceveaux. La Débâcle de Emile Zola; l’art de la guerre de Frederic 2, qui expose six Chants sur les idées et stratégies pendant la guerre, et reflète les grandes théories de la guerre au 18 ème siècle.). Par contre, le fait de dire que la guerre est une réalité divine prouve tout simplement la naturalité du concept au cours de l’histoire. En d’autres termes, la guerre est un terme divin dans son usage.

Dans la littérature de guerre, les exemples abondent. Aux époques les plus reculées par exemple, la poésie est un moyen d’expression favori du thème de la guerre.

[Le poète est fidèle aux guerriers Des hommes immortels il revêt la victime; Il chante sur leur vie….]

La guerre a par ailleurs servi de toile de fond ou de thème spécifique au roman de manière générale. Le roman est par essence le genre qui par sa liberté donne à la notion de guerre toute sa puissance. Imaginons cette fois ci la guerre sans les romans et nouvelles de Maupausant, de Merimée, de Emile Zola, où l’exaltation héroïque de la vertu est mêlée à la volonté de faire de la guerre un spectacle à part entière! La littérature nous enseigne tout au début que la guerre est un spectacle qu’il convient de citer en exemple – sur bien des aspects liés sa structuration temporelle et à la machinerie cavalière qui l’accompagne, surtout. Un exemple très simple: il est difficile d’imaginer Roland sans Veillantif ou Napoléon à l’époque sans son cheval. Jusqu’au 20 ème siècle, la cavalerie jouait un rôle prépondérant dans le circuit de la guerre. Aujourd’hui, il est clair que la guerre a perdu de son lustre ou de sa valeur, si l’on se situe dans la perspective d’une guerre spectaculaire et fascinante – selon les armes utilisées et la puissance de l’engagement personnel ou collectif. Cette critique légendaire semble bien fonctionner auparavant “Honte à celui qui premier fût archer ».

Nous ne sommes pas loin de la vision des grands savants littéraires de l’époque. Pour beaucoup d’entre eux, le culte de l’héroïsme rime avec la bravoure personnelle et le sacrifice dans la guerre pour sauver les siens. Autrement dit, les chevaliers s’indignaient de l’emploi des armes à jet; ainsi,  tout se faisait dans le sacrifice à travers un élan héroïque de sauvegarde des valeurs personnelles. On assiste actuellement à une déshumanisation croissante de la guerre. Le pilonnage de Verdun en est un exemple parfait dans la mesure cela avait créé une surprise extraordinaire et extrême chez les rescapés.  Et très récemment, les bombardements du musée à Marioupoul en Ukraine. Un édifice culturel de grande audience ! Cela voudrait en même signifier que le soldat est l’homme nu contre la machine, et il est difficile d’identifier un héros dans les guerres modernes. Tous les compagnons de Roland sont en réalité des héros dans la Chanson de Roland sauf Ganélon. Cependant, la guerre a aussi fait l’objet d’une banalisation, d’un rejet constant de la part de quelques savants littéraires à travers leurs œuvres. Rabelais pensait que la guerre est une absurdité, une stupidité humaine. Voltaire fustigeait à son tour l’hypocrisie et les horreurs qui accompagnent les guerres humaines. Dans Télémaque, roman éducatif et moral, on voit effectivement apparaître un réel dédain vis-à-vis de la guerre.

La bravoure a-t-il perdu de son sens ? Peut-on pour autant ramener cette réalité dans la guerre en Ukraine? Les ukrainiens sont-ils plus héroïques que jamais ?

Le succès ukrainien?

En parcourant les journaux étrangers traitant de la guerre en Ukraine, l’on voit que les ukrainiens sont décrits sous des formes variées. L’ukrainien qui a le plus remporté de points dans cette guerre est bien évidemment le président Zelensky. Celui qui passait pour un comédien pendant les élections  devient subitement le symbole de la résistance individuelle et collective. Les analystes sont d’accord qu’il incarne le leadership ukrainien, rendant possible la résistance collective et montant le chemin de fer en grande partie opérationnels grâce à la bravoure et au courage de celui-ci. Le côté positif de la guerre est à chercher, disent certaines analyses, dans le leadership et la bravoure du président Zelensky pendant presque trois semaines de résistance au milieu de la guerre. Cette figure du héros purificateur et de l’homme ordinaire qui se jette à la guerre pour sauver les siens semble fasciner la littérature de la guerre. On le voit en effet dans les livres que j’ai évoqués tantôt. Le héros qui se sacrifie au nom du progrès et contre la haine et la fatalité de la peur. Aujourd’hui, les récits de guerre en Ukraine témoignent fort heureusement de la montée aux extrêmes de la logique de purification mais qui butte contre la résistance patriotique. Ces héros ordinaires mériteraient la médaille de la vertu civique et le nom de héros pour le bien commun. L’historien Treitschke voit dans la guerre un un bienfait de l’humanité . Un autre argument vient sous la plume des apologistes de la guerre.  Elle est la source de tout progrès.  Elle est comme le dit Proudhon dans Guerre et Paix …indispensable au développement de l’humanité, elle donne relief à notre vertu et y met le sceau….. Peut-on tout de même être optimiste par rapport à l’issue de cette guerre pour l’humanité ??

Dans sa préface aux Origines du totalitarisme, Hannah Arendt observe que la paix après la Seconde Guerre mondiale était «comme le calme qui s’installe après la mort de tous les espoirs». Arendt craignait qu’à une époque de « conquête mondiale et de domination totale », nous n’invitions à « la destruction de l’humanité ». Mais elle percevait aussi autre chose : qu’à côté de la possibilité d’une catastrophe totale se trouvait la probabilité d’une absurdité totale. La perspective d’une destruction existentielle ne pouvait en aucun cas s’accompagner de la tâche de continuer la vie quotidienne. L’enjeu était devenu intolérable et la conscience devait donc se scinder : grave sérieux au plus haut niveau, puis « optimisme téméraire et désespoir téméraire » ailleurs. Comme elle le dit, « Progrès et Doom sont les deux faces d’une même médaille… des articles de superstition, pas de foi. »

El Hadji Thiam est chroniqueur d’opinion. Il enseigne actuellement à l’école dentaire internationale EDI. Auparavant, il était chroniqueur littéraire.