14 avril 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Suspension des lignes de la banlieue : Les usagers de DDD demandent à l’État de prendre ses responsabilités

Après le saccage d’un de ses nouveaux bus, la société de transport public Dakar Dem Dikk a décidé de suspendre les lignes 2, 15, 12, 217, 218 et 16 qui rallient Dakar la capitale et sa banlieue, afin de limiter les dégâts et en attendant de situer les responsabilités. Une mesure qui plonge les usagers de DDD dans le désarroi. 
Cependant, même si certains sont contre cette mesure,  d’autres fustigent la destruction et le pillage  des biens publics et appellent les autorités à prendre les dispositions nécessaires. Ce, dans le but d’éradiquer ce phénomène qui prend de plus en plus de place dans la société. Reportage. 
Trouvé devant le croisement Ouakam, un journal dans la main, Massamba déplore la suspension des lignes de DDD qu’il juge catastrophique. « Lorsque j’ai vu l’information sur Seneweb, j’étais désorienté. J’ai appelé un de mes collègues de travail et voisin pour lui demander de me déposer. Mais c’était son jour de repos.  Donc, je suis devant la gare à attendre les ‘taxis-boko’ (taxis collectifs) », regrette-t-il.  
Avant d’ajouter : « C’est désolant, parce qu’à chaque fois qu’il y a un souci, c’est nous les usagers qui payons les pots cassés. Nous ne sommes pas tous responsables de ces casses. Alors, pourquoi nous sanctionner tous ? », se demande le quarantenaire.
À quelques pas du père de famille est assise Ouly Lim. Elle attend  la ligne 217. Entourée de sacs contenant des marchandises, elle ignorait que cette ligne a été suspendue. « Je n’en savais rien. Je suis là depuis des heures à attendre. Maintenant, comment vais-je faire avec mon commerce ? J’ai un rendez-vous avec un gros client pour la préparation de la fête de Pâques. Et avec tous ces bagages, je ne pourrai pas prendre le Tata et un taxi aussi serait  vraiment cher », dit-elle.
 Vendeuse de pain de singe (« Bouye »), de couscous et de  divers aliments, elle invite la direction générale de DDD à penser davantage aux personnes vulnérables et défavorisées qui n’ont pas les moyens de prendre le taxi ou la force de prendre les bus Tata, surtout en cette période de jeûne. « Même si  c’est pour la bonne cause, il faut qu’elle pense parfois à nous les usagers avant de prendre certaines décisions », lance notre interlocutrice.  
 Cependant, malgré leur désolation  face à cette nouvelle, les citoyens dénoncent les actes de vandalisme et exhortent l’État à prendre ses responsabilités pour le respect strict de la loi. 
 Chaque fois qu’il y a  manif, des jeunes en profitent pour brûler des bus. Ce n’est pas du tout normal, peste François. « C’est vrai qu’il n’est pas normal de voir des gens détruire des biens communs. Ils croient que chaque fois qu’ils sont mécontents d’un fait, ils doivent casser, brûler et  conséquence : les bus ne vont pas desservir Pikine et cela se répercute sur la population comme c’est cas d’ailleurs avec toutes ces personnes trouvées à la gare de Liberté 5 ».
Dans la file d’attente, l’ingénieur demande à l’État de prendre des mesures pour que de tels actes ne se reproduisent plus. Car, explique-t-il, « personne ne peut cautionner ce genre de chose. Donc, le gouvernement doit résoudre cette situation et mettre les gens au même pied d’égalité ».
                                                                                     ABSA DIONGUE.