24 mai 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Sri Lanka : le palais présidentiel pris d’assaut lors d’une manif contre la crise économique

Le président du Sri Lanka, Gotabaya Rajapaksa, a fui sa résidence officielle de Colombo, vendredi 8 juillet, avant qu’elle ne soit prise d’assaut par des centaines de manifestants l’accusant d’être le responsable de la crise économique sans précédent à laquelle le pays est confronté. Il reste président du pays et est désormais protégé par l’armée dans un lieu tenu secret, a fait savoir, samedi, une source du ministère de la défense sri-lankais.

Le premier ministre sri-lankais, Ranil Wickremesinga, a convoqué une réunion d’urgence du gouvernement pour discuter d’une « résolution rapide » de la crise politique en cours. M. Wickremesinga, qui remplacerait M. Rajapaksa si ce dernier démissionnait, a invité les dirigeants des partis politiques à se joindre à la réunion et a également demandé que le Parlement soit convoqué d’urgence pour discuter de la crise, a annoncé son bureau dans un communiqué.

Echec du couvre-feu

Les chaînes de télévision locales ont montré des images de centaines de personnes, drapeau national à la main, renversant plusieurs barrages de police et escaladant les grilles du palais présidentiel, au cœur de la capitale économique. Certains manifestants ont diffusé en direct sur les réseaux sociaux des vidéos où l’on peut voir une foule déambulant à l’intérieur du palais, s’introduisant dans les bureaux, les chambres à coucher et la piscine de la résidence.

Cet assaut fait suite à une manifestation ayant rassemblé des dizaines de milliers de personnes qui exigeaient la démission de M. Rajapaksa. Les forces de l’ordre ont tenté de disperser l’immense foule rassemblée dans le quartier administratif de Colombo. Le principal hôpital de la ville a fait état de trois personnes blessées par balle et de trente-six autres souffrant de difficultés respiratoires à cause des gaz lacrymogènes massivement employés.

La veille, un couvre-feu d’une durée indéterminée avait été décrété à Colombo, alors que des milliers de manifestants commençaient déjà à affluer pour demander la démission du président. « Le couvre-feu n’a pas eu d’effet dissuasif. Il a en fait encouragé davantage de personnes à descendre dans les rues en guise de défi, a déclaré un responsable de la défense. Des passagers ont réquisitionné des trains pour rejoindre Colombo. » Même si le pays a presque épuisé ses maigres réserves d’essence, les manifestants, soutenus par les principaux partis d’opposition, ont également loué des bus privés pour se rendre dans la capitale économique.

Lemonde