23 avril 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Serigne Moustapha Mbacké : « Le Président Macky Sall ne peut pas arrêter un processus aussi sacré

« Les grandes puissances sont attirées par nos richesses nationales et notre position géostratégique…« , a alerté Serigne Moustapha Gaindé Fatma. Le leader de « Nasru » est revenu sur le contexte politique tendu au Sénégal, marqué par la tenue de la prochaine présidentielle.

Personnalité religieuse et scientifique, écrivain et théologien, il estime qu’il « faut regarder la géopolitique mondiale et ouest africaine en la mettant en lien avec la perspective, pour notre pays, de devenir producteur de gaz et de pétrole. Les grandes puissances sont attirées par nos richesses nationales et notre position géostratégique. Mais, plus encore la présence des narco trafiquants et de groupes terroristes fait peser sur notre pays des menaces réelles« .

D’après lui, « pour tirer profit de nos ressources naturelles et de notre position privilégiée dans le monde, nous devons avoir à cœur de résoudre les problèmes de sécurité grâce au renforcement des effectifs de nos forces de défense et de sécurité en les dotant de meilleures conditions et moyens de travail. Nous devons, également, assurer une formation militaire de base pour notre jeunesse, tant pour accentuer son sens civique que pour mieux la préparer à inscrire dans ses actions professionnelles les réflexes patriotiques. Mais aussi l’emploi grâce à des politiques publiques adaptées et la promotion de l’entrepreneuriat. Nous devons occuper notre jeunesse de façon saine et décente. L’énergie grâce à une exploitation judicieuse de nos potentialités en hydrocarbures pour impulser de vraies industries nationales, entre autres… »

Il poursuit : « Je suis avec beaucoup d’intérêt ce qui se passe en ce moment au Sénégal. Je rappelle que j’ai été, moi même, candidat à l’élection présidentielle. J’ai renoncé à ma candidature à cause de la non transparence du processus électoral et de pratiques qui ne me semblent pas suffisamment éthiques. Les difficultés auxquelles j’ai été confronté et les craintes qui m’ont incité à jeter l’éponge ont fini par conduire le Président Macky Sall, qui n’était pas candidat, à arrêter, la veille du début de la campagne électorale, le processus électoral. Suite à l’abrogation du décret présidentiel par le conseil constitutionnel, juge des élections, une situation de crise inédite s’est installée« .