22 juillet 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

SERIE D’AGRESSIONS SUR DES FEMMES A KAFOUTINE Des organisations de la société civile interpellent les nouvelles autorités

Une série d’agressions sur des femmes suivies parfois de meurtre n’en finit pas d’installer la psychose chez les habitants de Kafountine. Douze (12) cas d’agressions ont été notés à ce jour, d’après le décompte de la Plateforme des Femmes pour la Paix en Casamance et les organisations de la société civile. Pour dénoncer cette insécurité à laquelle les populations de Kafountine sont confrontées depuis le début de l’année 2024, des organisations se sont regroupées autour d’une plateforme et s’érigent en porteuses de voix afin d’interpeller les nouvelles autorités sur la situation.

Dans un communiqué rendu public, ladite Plateforme condamne fermement ces successions d’agressions qui ont pour lieu Kafountine. Et cette situation a débuté depuis février 2024. « Les sévices infligés aux survivantes sont d’une telle gravité, qu’elles ont été toutes évacuées à Ziguinchor ou Dakar pour une prise en charge médicale », a constaté la Plateforme.

Selon toujours les informations relayées par le communiqué, la dernière attaque en date est celle de la dame Awa Cissé, au quartier Nafacounda qui y a perdu sa vie, laissant derrière elle trois enfants. Les faits remontent le 28 juin dernier. Un meurtre de trop qui a mis l’organisation des femmes pour la paix en Casamance et les organisations de la société civile dans tous leurs états.

Et c’est fort de ce constat que ces organisations interpellent l’Etat pour garantir la sécurité des populations de la zone « Faisons cas de l’urgence sécuritaire pour les femmes et filles de Kafountine mais aussi de toute la région de Ziguinchor. Dénonçons avec la dernière énergie ces atteintes graves à la dignité et la vie humaine des citoyennes de ce pays. Exigeons que l’Etat du Sénégal, l’administration territoriale et les autorités locales créent les conditions pour que Kafountine et environs soient une zone sécurisée où les populations jouissent pleinement de leur droit à la protection », a exigé des nouvelles autorités étatiques, la Plateforme des femmes pour la paix en Casamance dans sa missive