23 avril 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Sénégal : il y a un policier pour 1088 personnes

Le projet de budget 2024 du Ministère de l’Intérieur arrêté à 237. 231. 350. 287 FCFA en Autorisations d’Engagement (AE) et à 197. 004. 885. 087 FCFA en Crédits de Paiement (CP) a été voté hier.

Sur le volet Sécurité publique, le ministre de l’Intérieur Sidiki Kaba a, d’emblée, indiqué que les Forces de Défense et de Sécurité sont composées d’hommes et de femmes qui sont au service de la Nation. C’est la loyauté qui guide leurs actions et ils ne sont préoccupés que par la volonté de défendre l’État.

La stabilité et la garantie de la paix, tant souhaitées, dépendent d’eux et, par voie de conséquence, ils méritent considération et respect, a déclaré le Ministre. Réagissant sur la question relative au ratio de policiers par rapport à la population, il dira que présentement il y a un policer pour 1088 personnes.

S’agissant du Programme « Sécurité civile », il a fait savoir que la stratégie opérationnelle à dérouler, pour 2024, sera axée, entre autres, sur la poursuite du programme d’implantation de bouches et poteaux d’incendie, la validation de la Stratégie nationale de Réduction des Risques de Catastrophe (SNRRC), la poursuite de la densification du maillage du territoire national, par la construction des postes d’incendie et de secours autonomes à Nioro du Rip et Dahra Djolof, ainsi que sur la mise en place d’une politique de sécurité civile de proximité, à travers, notamment, le programme « XËYU NDAW ÑI », par la création d’un corps de Sapeurs-pompiers volontaires.

Relativement au Programme « Sécurité publique », le Ministre a indiqué que, pour 2024, l’accent sera mis non seulement sur le renforcement des effectifs avec la poursuite de la formation des 4 000 fonctionnaires de police recrutés en deux cohortes, mais aussi sur le renforcement des capacités de ceux déjà en activité de service.

Selon lui, des efforts sont également en train d’être faits pour l’acquisition d’équipements de surveillance des frontières destinés à réduire leur porosité, la poursuite de la phase 2 du projet de lutte contre la cybercriminalité, la construction de commissariats de police au niveau des départements qui n’en disposent pas, ainsi que de cantonnements du Groupement mobile d’Intervention (GMI) à Tambacounda, Kédougou, Ziguinchor, Kolda, Kaolack et Mbour et des postes frontaliers.