27 mai 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Réseaux sociaux, lavage de cerveau: à quelle erreur faut-il s’attendre ? (Par El Hadji Thiam)

En 1937, le leader bolchevique de longue date Georgy Pyatakov a été jugé à Moscou pour trahison, sabotage et autres crimes présumés contre l’Union soviétique. Il fit un faux aveu en déclarant : « Me voici devant vous dans la saleté, écrasé par mes propres crimes, privé de tout par ma faute, un homme qui a perdu son Parti, qui n’a pas d’amis, qui a perdu sa famille, qui s’est perdu lui-même. Il a été exécuté pour ses infractions présumées peu de temps après – et il était l’un des nombreux.

Il est maintenant courant de voir sur le réseaux sociaux des phénomènes de société qui ont bien avant existé. Mais leur ampleur a tout de même changé. Les réseaux sociaux ont la manie de tout de remettre en question – même nos croyances les plus fortes. Très récemment, une certaine information distillée par les réseaux est à l’origine d’une énorme polémique absurde et absusive à propos d’un auteur, Mbougar Sarr pour le citer, qui serait là, selon certains metteurs en scène publics, pour faire l’apologie d’une race d’individus homosexuels à travers son roman, en l’occurence « De Purs Hommes ». Ce qui est amusant est que tout le monde a attendu que son dernier texte soit primé (Prix Goncourt notamment) pour sortir ce sortilège médiatique.

En effet, les internautes ont sauté sur l’occasion pour apporter toutes sortes de réponses loufoques afin de justifier, et au pire, de “piloriser” l’intendance de la littérature. La conclusion est que nous sommes presque stupides de cautionner de tels propos sur la toile pour une raison très simple: notre esprit critique est mis sous pression par les censeurs de la pensée juste et radicale… ; c’est comme si tout le monde était amené à croire à une chose de l’extérieur – et de manière coercitive. Le lavage de cerveau ressemble à cela à bien des égards.

Dans une période fortement marquée par la guerre froide, le journaliste américain Eward Hunter faisait l’éloge de cette expression pour enfin justifier certaines pratiques utilisées par les communistes. Même si ce terme est de plus en plus contesté par d’autres psychologues, le remplaçant par l’expression « persuasion coercitive », il est clair qu’il continue de reproduire un schéma contraignant dans la sphère des idées critiques et de la bonne conscience. Étant donné que les individus sont amenés à croire à des choses absurdes et d’opérer des jugements saugrenus par la même occasion, le résultat ne peut tout de même souffrir d’objections sérieuses dans la mentalité ambiante – ce que les réseaux sociaux ont contribué à faire progresser de manière alarmante. Le comportement de celui qui énonce un propos sans en juger sa valeur critique est comparable à celui d’un criminel soviétique aux prises avec les forces du pouvoir. Comme par ironie, les réseaux sociaux sont la machine algorithmique qui nous force à tout avaler, a tout croire, – même les inepties, les potins, les ragots des esprits méchants. Une grande apathie !

Par ailleurs, il suffit de voir la vitesse avec laquelle les infodémies – pendant le coronavirus – modifie les comportements des individus pour s’en rendre. L’individu est bien évidemment capable de s’abandonner à toutes sortes de croyances. Il va de soi. Les psychologues évolutionnistes nous font comprendre que l’homme a toujours besoin de croire pour exister. Cependant, il s’agit ici de réfléchir sur les autres types de croyances qui déterminent sa relation avec les autres, et son environnement. Les temps modernes ont en effet révélé l’existence de quelques croyances agréables bien ancrées, notamment celles liées au plaisir, à l’hédonisme, au mensonge, à la désinformation, etc. Des croyances humaines aux allures d’une cultureautomatequi tend à minimiser sa propre piété. Il me semble que ce constat se généralise selon les cultures des pays – malgré la résistance morale de quelques individus. En vérité, nos croyances ne cessent de se modifier sous l’ère postmoderne, nous incrustant dans une dynamique électrique et chaotique des comportements. Pendant ce temps, tous les peuples ont droit de cité, sauf peut-être les indignés, les indigènes. L’homme postmoderne est peut-être l’avatar de l’homme virtuel qui est grandement entré à nos portes.

El Hadji Thiam est professeur de tutorat en Français et en Communication à l’école dentaire internationale. Il est par ailleurs chroniqueur d’opinion et ancien administrateur éditorial du média Campus Actu