24 mai 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Pourquoi une discrète évolution de Facebook va perturber les enquêtes policières

Facebook a récemment suspendu le « Graph Search », une fonction de recherche méconnue du grand public. Cette annonce vient bouleverser les méthodes de travail des journalistes d’investigation, mais aussi des enquêteurs de police.

Michael Bazzell vient de passer une mauvaise semaine. Le « pape de l’OSINT » – pour Open Source Intelligence, une communauté d’enquêteurs plus ou moins amateurs sur Internet – voit en ces derniers jours « l’une des semaines les plus dévastatrices pour les enquêtes en ligne depuis vingt ans« . La raison: Facebook a suspendu le 6 juin un précieux outil, le Graph Search, pour mieux coller à ses nouvelles ambitions de protection de la vie privée.

Ce moteur de recherche étonnamment précis avait été mis en place en 2013. Il permettait jusqu’alors d’explorer des informations accessibles publiquement sur le réseau, par mots-clés ou encore sur une période donnée. En le manipulant adroitement, il était possible de remonter aux sujets d’intérêt d’un membre de Facebook, aux publications likées, partagées ou associées à son nom, aux commentaires publiés ou encore d’avoir un aperçu de son entourage proche, avec un extrême niveau de précision. Autant d’éléments utiles pour rassembler des preuves sur un suspect ou remonter la piste d’un réseau criminel, alors même que le réseau compte plus de deux milliards d’utilisateurs.

A titre d’exemple, inscrire « personne qui travaille à la gendarmerie » dans la zone de recherche de Facebook permettait de faire apparaître la liste de tous les membres ayant renseigné cet élément sur leur profil, en compilant des informations publiques, mais disséminées sur des milliers de pages différentes. Associé à des outils de traitement d’information, le Graph Search pouvait ainsi aider à constituer de larges bases de données.

Une (ex) mine d’or

Le Graph Search était notamment utilisé par les journalistes d’investigation. « Le documentaire « Anatomy of a Killing« , de la BBC, dans lequel des journalistes ont identifié le lieu, la date et les auteurs d’un massacre survenu au Cameroun n’aurait jamais pu se faire sans cet outil », rappelle un membre d’OpenFacto, une association francophone spécialisée dans les enquêtes en ligne.

Auprès de BuzzFeed, Alexa Koenig, une doctorante à la tête d’un centre de recherche sur les droits humains aux États-Unis, souligne que ce même moteur de recherche a permis en 2017 de rassembler des preuves d’exaction commises par un cadre militaire libyen, avant de les soumettre à la Cour pénale internationale. 

En France, et selon nos informations, des outils greffés sur le Graph Search avaient trouvé leur place aussi bien auprès de la gendarmerie que du Ministère de l’intérieur. Le tout pour mieux lutter contre la corruption, la pédocriminalité en ligne ou encore le trafic de stupéfiants. 

« Au final, ce que l’on perd avec la suspension du Graph Search, c’est la possibilité de creuser en profondeur un profil en apparence fermé, que ce soit pour les journalistes d’investigation ou pour un service RH désireux d’effectuer des vérifications sur un candidat », explique un consultant en intelligence économique. « C’est en cela que cette annonce est vécue comme un coup dur ».

Une décision soudaine

« De nombreux enquêteurs en ligne se disent sous le choc pour plusieurs raisons », complète le membre d’OpenFacto. « Le fait qu’il s’agisse d’une rupture très soudaine, annoncée du jour au lendemain; le manque d’alternatives pour accéder à nouveau à de telles informations, et le fait que Facebook ait fait disparaître celles qui existaient encore; enfin, la fermeture de pans entiers de sites consacrés à l’OSINT et qui proposaient un accès simplifié au Graph Search, dont celui de Michael Bazzell, qui a été contacté par des avocats de l’entreprise ».  

La suspension de ce regretté outil n’a rien de définitif. Facebook a par ailleurs indiqué auprès de BuzzFeed « travailler avec des chercheurs » pour « s’assurer qu’ils aient les outils dont ils ont besoin », sans donner davantage de précision. Face à ce flou, une centaine d’activistes en ligne ont lancé un appel, par le biais d’une lettre ouverte, pour retrouver un accès aux données qu’ils estiment nécessaires à leurs enquêtes. 

Peut-on reprocher à Facebook, emblème de l’exploitation abusive des données personnelles, d’avoir restreint l’accès aux profils de ses utilisateurs? « En un sens, on peut se réjouir du fait que Facebook protège les membres de son réseau », juge un ancien membre des services de renseignement.

« Beaucoup de monde considère néanmoins que cela ne fera que renforcer le pouvoir de Facebook. Cette suspension implique que l’entreprise puisse se voir obligée d’enquêter, ou que les délais d’enquête deviennent trop longs pour être opérationnellement viables », ajoute la même source. « Je parie sur la seconde possibilité. Tout cela ouvre surtout la porte à un monde où justice et société privée seront coutumiers des petits arrangements – en excluant la société civile ».

L’annonce aura néanmoins le mérite de dissuader les internautes trop curieux, voire intrusifs. L’outil StalkScan était ainsi prisé des personnes désireuses d’espionner un compte Facebook. « Après deux ans et plus de 28 millions de sessions StalkScan, Facebook a décidé de rendre Graph Search moins transparent », peut-on voir apparaître sur la page d’accueil du site. Il n’est désormais plus possible que d’espionner son propre profil.

bfmtv