23 mai 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Postes-clés de l’UE: des pierres d’achoppement entre les Vingt-Huit

Les 28 chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne ont échoué, lors de leurs négociations nocturnes de dimanche à lundi, à trouver un accord pour nommer les futurs dirigeants des institutions de l’UE. En jeu : le ministère des Affaires étrangères de l’Union, la présidence du Conseil européen et celle de la Commission. Les discussions reprennent ce mardi 2 juillet 2019.

Avec notre correspondant à Bruxelles,  Pierre Benazet

Après une négociation débutée dimanche soir et prolongée jusqu’à la mi-journée lundi, une suspension du sommet a été prononcée jusqu’à ce mardi. Un compromis était sur la table ; un marchandage entre les conservateurs et les socialistes. Toute la question est de savoir s’il est toujours viable.

En théorie, il survit tant bien que mal depuis vendredi et consisterait pour les conservateurs à laisser le poste le plus convoité aux socialistes, à savoir la présidence de la Commission européenne – qui serait attribuée au travailliste Frans Timmermans.

En échange, les conservateurs du PPE, le Parti populaire européen, verraient deux nominations tomber dans leur escarcelle, à savoir la présidence du Conseil européen, attribuée à la Bulgare Kristalina Georgieva, directrice de la Banque mondiale, et la présidence du Parlement, attribuée à Manfred Weber, tête de liste du PPE pour les élections.

Ce compromis est apparemment toujours faisable, car il procure une dose de parité hommes/femmes, un équilibre politique et un équilibre géographique Est-Ouest.

Mais pour le faire adopter, il faudrait dépasser les divisions internes des conservateurs hostiles à l’idée de laisser un socialiste en première position et rassurer les gouvernements populistes de Hongrie, de Pologne, de Roumanie et d’Italie, hostiles à la personne même de Frans Timmermans, considéré comme un donneur de leçons sur les valeurs européennes.

rfi