27 mai 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Ousmane Sonko, la Force spéciale du landerneau politique (Par Khalifa Ababacar Gaye)

Il est sans nul doute le plus suivi, le plus adoubé, le plus attendu, le plus écouté. Ousmane Sonko s’arroge aujourd’hui les superlatifs les plus flatteurs parmi les acteurs politiques et jouit, malgré toute une campagne de dénigrement et ou de complots, d’une meilleure presse auprès de l’opinion. Le monde qu’il draine à chaque étape de sa campagne électorale est à inscrire dans les chapitres des mobilisations exceptionnelles tant du point de vue de la ferveur que de la jeunesse de son audience. A quelques jours de la tenue du scrutin pour la désignation de la représentation nationale, dont il ne sera pas parti pour des raisons purement politiques, le porte-étendard de l’inter-coalition Yewwi-Wàllu s’impose comme la plus grande réalité politique au Sénégal.

A deux jours de la fin de la campagne, les états majors des coalitions en lice pour le scrutin du 31 juillet prochain continuent daller a la rencontre des populations malgré des signes de fatigue décelés chez tous. Certaines listes rencontrent plus de difficultés sur le terrain, du fait d’une force de mobilisation limitée et qui n’a pas forcément de rapport avec la qualité de leur offre. Bien avant la campagne même, le peuple électeur pour la plupart, s’était déjà fait une religion sur ses choix pour les élections à venir. Leur intention de vote ne pourrait pas être très influencée par les caravanes et meetings certes. Cependant, une importante frange de cet électorat constitue un grenier qui flotte et bascule au gré des manifestations politiques durant ce temps de forte propagande.

Un Alpha pour la meute
Parmi tous les porte-étendards des coalitions en compétition, Ousmane Sonko reste de loin le maitre du jeu. Son aura a fini de faire de l’ombre aux autres avec notamment comme suiveurs des milliers de jeunes, frange la plus importante de la population du Sénégal. Malgré toute sa bravoure et sa combativité, la tête de liste nationale de Benno Bokk Yakar, Aminata Touré, n’arrive pas à « accélérer la cadence » pour chiper cette popularité à son vis-à-vis le plus encombrant dont il a intelligemment rejeté l’invitation à un débat sur des questions essentielles. Naturellement, là où les partisans du président de la République peinent à se faire vedette et même à se faire entendre par les populations, les listes de moindre envergure comme AAR Sénégal, Buntu-Bi ou même « Les Serviteurs » de Pape Djibril Fall vont se retrouver totalement éclipsées.

Ousmane Sonko, même ses détracteurs les plus farouches le reconnaissent, a une capacité de mobilisation qui asphyxie tous ses concurrents. Même si l’on ne peut pas présumer du vote de tous ceux qui le suivent à travers les rues- peut-être que beaucoup n’ont pas retiré leurs cartes- le maitre à jouer de l’inter-coalition Yewwi-Wallu reste une vraie Force spéciale. Et comme toute force spéciale, la seule évocation de son nom rassure ses alliés qu’il passe donner un coup de main, et affole ses adversaires dans ses mêmes localités. Qu’on soit avec lui ou pas, tel un loup « alpha », il fait se retrancher dans leurs cages toutes les meutes qui ont eu à le déclarer persona non grata ou l’ont mis en garde contre toute visite dans leurs zones. Lat Diop à Guédiawaye, Farba Ngom à Matam, ou encore Mansour Faye à Saint-Louis, pour ne citer que ceux-là, ont vu ce dont cette personne était réellement capable, dans leurs propres fiefs, en réussissant des mobilisations inédites sans bourse délier.

Une campagne présidentielle avant l’heure
A voir l’engouement autour de lui, on constate avec une flagrance réelle que le maire de Ziguinchor a réussi à s’imposer comme la seule alternative au pouvoir en place pour 2024. Il n’est pas candidat, il ne pourra pas être de la 14ème législature, mais sa tournée nationale lui profite au plus haut point. Plus que les autres même dans une certaine mesure. Le leader de Pastef tient ici l’occasion de faire sa précampagne pour la présidentielle dans deux ans, et le moins qu’on puisse dire est qu’il a réussi à décrocher le soutien de la population dans des zones où l’on ne pouvait pas lui soupçonner une certaine présence.

En attendant de voir si la cohabitation dont ils rêvent tant va avoir lieu au soir du 31 juillet prochain, on peut dire sans parti pris que sa campagne est de loin la plus ressentie et la plus suivie. Elle a quelque chose de si spécial. Elle attire un grand public sur le terrain et encore plus sur les réseaux sociaux où des dizaines de milliers de personnes le suivent au quotidien. D’ailleurs, il a fallu qu’Ousmane Sonko entre en jeu pour que l’on soit plongé dans une campagne assez rythmée. Et il a fallu que cette force spéciale passe dans certaines régions pour que certaines populations vivent la ferveur de ces temps électoraux si particuliers.

Par Khalifa Ababacar Gaye/SeneNews