23 mai 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Macron célèbre le Débarquement sur fond de désaccords avec l’allié américain

La France reçoit ce jeudi 6 juin 2019 le président américain Donald Trump pour commémorer le 75e anniversaire du D-Day, symbole de l’unité des Alliés face à l’Allemagne nazie, à l’heure où s’accumulent les dissensions transatlantiques.PlayCurrent Time0:00/Duration Time0:00Loaded: 0%Progress: 0%0:00Fullscreen00:00Mute

Ce jeudi s’annonce comme une belle séquence mémorielle pour Emmanuel Macron, avec la célébration du 75e anniversaire du Débarquement en Normandie. en compagnie notamment de son homologue américain.

C’est donc aussi en souvenir du passé et de la relation très forte entre la France et l’Amérique depuis 250 ans qu’Emmanuel Macron est, dit-on, « honoré » de la présence de Donald Trump en France. Les deux présidents se rendront ensemble au cimetière américain de Colleville-sur-Mer puis à Caen pour un déjeuner de travail.

 75e anniversaire du Débarquement : commémorations à Portsmouth

Des cérémonies qui offrent au président français l’occasion de délivrer deux messages principaux : d’abord que l’esprit de sacrifice et de résistance fait partie de « l’art d’être Français », et ensuite, en ces temps de tensions diplomatiques, que les États-Unis et la France sont deux amies « indéfectibles ».

La concorde envolée

Car il semble loin ce temps tout sourire avec ces tapes dans le dos, ces gestes familiers et ces poignées de mains viriles. Entre Donald Trump et Emmanuel Macron, les offensives de charme mutuelles ont laissé place au pragmatisme : chacun campe sur ses positions tout en tentant de faire bouger l’autre.

On se souvient que la dernière visite de Donald Trump en France pour les cérémonies du centenaire du 11-Novembre s’étaient terminée par une série de tweets raillant la popularité de son homologue. La veille, Emmanuel Macron avait évoqué une armée européenne. De quoi provoquer l’ire du locataire de la Maison Blanche.

À Washington comme à Paris, on a beau expliquer que « de l’eau a coulé sous les ponts » depuis cet épisode, aujourd’hui plus que jamais, les points de discorde ne manquent pas. Sur l’Iran, le climat ou encore le commerce, les décisions de Donald Trump ont suscité indignation et inquiétude parmi les partenaires européens, dont la France.

« Avec toutes les administrations américaines, il y a des points de divergence, de discorde », insiste l’entourage du chef de l’État.

Pour Emmanuel Macron, le 6 juin 1944 appartient à ces événements qui ont participé à la fondation du multilatéralisme contemporain, mais il est peu probable que l’émouvant souvenir des héros du Débarquement réussisse à infléchir la ligne politique du locataire de la Maison Blanche.

Une coopération toujours vivace sur le terrain

Malgré tout, sur le terrain, la coopération de défense reste importante entre Paris et Washington. Depuis les tweets rageurs de Donald Trump en marge des célébrations du centenaire de la guerre de 14-18, des « contacts réguliers ont repris » entre Paris et Washington, indique-t-on à l’Élysée. Notamment sur la sécurité.

En mai dernier, après la libération d’une mystérieuse otage américaine par les forces spéciales françaises au Burkina Faso, Donald Trump avait remercié la France qui, avait-il dit, « a fait du bon boulot ».

Au Sahel, l’opération française Barkhane dispose d’une aide américaine régulière en termes de renseignement et de logistique. Les trois drones Reaper achetés aux États-Unis et actuellement employés par l’armée française au Niger seront bientôt armés avec l’aide des Américains qui, contractuellement, restreignent les interventions techniques françaises sur la machine.

Au Levant, après l’annonce précipitée du retrait des troupes américaines en Syrie, le Pentagone a finalement accepté de laisser sur place une « présence militaire résiduelle », de l’ordre de plusieurs centaines d’hommes, afin de poursuivre aux côtés des alliés les actions de contre-terrorisme dans le nord-est du pays.

Dans le Golfe, Paris souhaite que les États-Unis « ne s’enferment pas dans une logique de confrontation avec l’Iran » et entend poursuivre normalement ses missions de formation en Irak.

rfi