24 juin 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

LIBERTÉ DE LA PRESSE ET LA SÉCURITÉ DES JOURNALISTES : 6 GRANDES ORGANISATIONS INTERPELLENT DIOMAYE

Six grandes organisations régionales et internationales de défense de la liberté de la presse et des droits numériques ont appelé le nouveau gouvernement du Sénégal à donner la priorité à la liberté des médias et à la sécurité des journalistes. Les organisations ont lancé cet appel dans une lettre adressée à Bassirou Diomaye Faye, élu en mars 2024, le premier ministre Ousmane Sonko, le ministre de la Communication, Alioune Sall et le ministre de la Justice, Ousmane Diagne.

Texte in extenso

Nous, un groupe d’organisations internationales et régionales dédiées à la protection de la liberté de la presse, vous écrivons pour vous exhorter à donner la priorité à la protection de la liberté des médias, à l’accès à l’information et à la sécurité des journalistes sous votre présidence.

Au fil des décennies, le Sénégal s’est distingué en Afrique par son ferme engagement en faveur de la liberté de la presse. Toutefois, nous sommes préoccupés par la multiplication des attaques contre le journalisme indépendant et la liberté d’expression au Sénégal, en particulier au cours des trois dernières années. Alors que vous assumez vos fonctions de président, nous vous exhortons à saisir cette opportunité pour protéger et défendre la liberté des médias et restaurer la position du pays en tant que phare de la liberté de la presse et de la démocratie dans la région.

Une presse libre et indépendante est essentielle à une démocratie saine, car elle permet aux citoyens d’accéder à l’information, de demander des comptes à leurs dirigeants et de participer de manière significative au débat public. Le Sénégal a l’obligation aux niveaux régional et international de faire respecter ces libertés fondamentales en vertu de divers traités, notamment la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques et la Convention contre la torture et autres actes cruels et inhumains. ou Traitement ou peine dégradants.

Nous exhortons votre gouvernement à prendre des mesures concrètes pour défendre la liberté des médias et la liberté d’expression et améliorer l’environnement opérationnel des journalistes au Sénégal. Cela implique de condamner publiquement toutes les menaces et attaques contre les journalistes ; mener des enquêtes approfondies sur toutes les attaques contre des journalistes et veiller à ce que les responsables répondent de leurs actes. En outre, le Sénégal devrait réformer les lois qui restreignent la liberté de la presse et la liberté d’expression, par exemple le Code de la presse et le Code pénal, conformément aux normes régionales et internationales. Il est également essentiel de garantir que les journalistes aient accès à l’information lors d’événements d’intérêt public, notamment les manifestations et les processus électoraux ; et maintenir l’accès à Internet et aux plateformes de médias sociaux à tout moment, surtout en période de conflit ou de troubles civils et politiques.

L’adoption d’une loi sur l’accès à l’information qui s’aligne sur la loi type de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples sur l’accès à l’information en Afrique permettra de créer un environnement dans lequel les médias et les mouvements civiques peuvent demander et accéder à des informations d’intérêt public. Il est également important d’entreprendre des réformes rapides pour transformer les médias d’État afin qu’ils soient responsables envers le public et fournissent des informations qui sont dans l’intérêt public. Il est également essentiel de renforcer l’indépendance de l’organisme de régulation des médias audiovisuels tout en lançant un dialogue inclusif et participatif sur la régulation des médias sociaux.

En prenant ces mesures, votre gouvernement peut envoyer un message fort selon lequel le Sénégal s’engage à protéger la liberté des médias et à assurer la sécurité des journalistes. Cela profitera non seulement aux journalistes, mais renforcera également la démocratie sénégalaise et favorisera une citoyenneté plus informée et engagée.
Nous sommes prêts à travailler avec votre administration pour faire progresser la liberté des médias et la sécurité des journalistes au Sénégal. Nous serions ravis d’avoir l’opportunité de vous rencontrer pour discuter de vos priorités en matière de défense de la liberté des médias et de la manière dont nous pouvons les soutenir.
Sincèrement,

ARTICLE19 Sénégal et Afrique de l’Ouest
Institut international de la presse ipi
Fondation des Médias pour l’Afrique de l’Ouest
Reporters sans frontières RSF
Initiative Paradigme PIN
Comité pour la protection des journalistes CPJ.

BIRAMA THIOR.