19 juin 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Les points de vente de moutons pullulent dans la capitale sénégalaise

A l’approche de la fête de la tabaski, les points de vente de moutons foisonnent dans certains quartiers de la capitale sénégalaise. Comme à la Gueule Tapée où, des vendeurs comme à l’accoutumée investissent fidèlement leurs emplacements, qui au fil des années sont presque un patrimoine pour eux.

Avec l’achat du mouton qui est une obligation pour les pères de famille l’opération tabaski a démarré timidement chez certains éleveurs de moutons.

C’est le cas de Mame Ibrahima communément appelé Ma Ibou trouvé à la gueule tapée, plus précisément à la rue 61 angle 52. Ayant installé sa bergerie devant la concession familiale depuis 2012, c’est ancien émigré qui a pris le décision rentrer au Sénégal après un séjour en France, pour embrasser ce métier d’éleveur de souligner.
 » J’occupe ce site depuis 2012 pour la vente des moutons, j’étais en France, c’est après que je suis revenue m’installer chez moi et je ne paye pas de taxes « , a t- il dit tout en entretenant et en veillant aussi à la propreté et au cadre de vie de cet environnement.

Pour ce jeune homme, la mairie ne lui a pas donné le site et personne n’est venu ici pour lui réclamer la taxe municipale, même après la tabaski, a-t-il lancé
A quelques mètres de lui , un autre point de vente y est érigé. Le gérant Moustapha Niang confie le contraire.  » C’est la Mairie qui nous a octroyé cet endroit. La municipalité nous l’a donné mais en retour nous payons les taxes, une manière de contribuer à la bonne marche de notre pays. Depuis des années, nous nous nous occupons de l’entretien des lieux et chaque jour, nous lavons les moutons. Nous faisons de notre mieux pour améliorer la cadre de vie de notre lieu de travail temporaire  » a-t-il indiqué.

Malick Sylla, un père de famille résidant à Dieuppeul dispose d’un enclos sur la terrasse de sa concession. Ses potentiels clients sont ses proches, voisins et amis.
 » Pratiquement, les moutons ont tous été commandés par mon proche entourage en particulier ma famille, mes amis et certains habitants du quartier « , a t- il confié.
Il faut rappeler que la fête de la a Tabaski est un moment particulier pendant lequel les animaux entrent massivement en ville. L’afflux des bêtes, leur présence pendant plusieurs jours, voire les semaines précédant la fête, ainsi que leur sacrifice posent évidemment des problèmes d’ordres sanitaire et logistique (pour l’alimentation du bétail notamment) en milieu urbain. Toute une organisation se met en place à ce moment là pour transformer la ville en une vaste bergerie. Des marchés et des points de vente sont réglementés a partout en ville. Nonobstant, les points de vente de certains quartiers, considérés comme informels, sont juste tolérés.