24 février 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Les conséquences du report de production du GTA sur l’économie du Sénégal

Situé à la frontière du Sénégalo-Mauritanienne le champ gazier Grand tortue Ahmeyin va enregistrer un nouveau retard par rapport au démarrage de sa production qui était prévu au premier semestre de l’année 2024.Le gisement gazier Grand Tortue Ahmeyim connait un nouveau retard de démarrage de production prévu initialement le premier semestre de 2024. La mise en exploitation de la première phase du GTA (Grand Tortue Ahmeyin) est officiellement reportée au troisième trimestre de la même année pour des raisons opérationnelles.

Ce problème aura-t-elle des impacts sur l’économie du pays. C’est la question que les experts ont  tenté de répondre.

Selon, des experts, ce retard va entrainer des conséquences sur l’économie du pays notamment les productions de croissance projetées à 9,2% en 2024  qui pourraient baisser de quelques points

Interrogé sur le retard de production du gaz, l’économiste,  Moubarak Lo a déclaré que  « Cela peut engendrer peut-être une révision des prévisions de croissance de 9% » a-t-il souligné.

«  Des points de croissance en moyenne ce n’est pas tout ce que l’on peut noter mais il faut prendre en considération que la balance des paiements pourrait elle aussi être impactée tout comme le budget sans parler aussi des externalités positive de l’exploitation du gaz » a confié M. Lo

Pour Ibnou Fara Sougou, un expert du pétrole « les perspectives de budgétisation de l’Etat et tout, comme les livres financiers vont être touchés.

« Nous avions certainement plusieurs milliards qui vont entrer dans les caisses de l’Etat en terme de budgétisation et ce qu’on pouvait faire en politique social et l’élite financier d’une manière incroyable peut-atteindre  700 milliards par année » a-t-il détaillé.

Ainsi  l’économiste Moubarak Lo a demandé d’éviter l’Ecueille d’une économie tout pétrole.

« Pendant plusieurs années le Sénégal a refusé à intégrer le pétrole et le gaz dans ces prévisions de croissance quand on faisait 06,3%. Il y a même des années où on a pu faire 7 pour cent, cela  veut dire que le pays peut progressivement développer sa résilience et la capacité de diversification du fait du pétrole car c’est une manne qui peut favoriser l’émergence du Sénégal et être le vrai le vrai lévrier d’accélération de la croissance durable »  a-t-il souligné.