Tidiane Ndiaye est un chercheur franco-sénégalais né en 1950. Après avoir servi dans la légion étrangère pendant cinq ans sous le nom de Cheikh Tidiane N’Diaye au 2 e Régiment Etranger des Parachutistes ( REP) , il revient en France comme chargé d’études à l’INSEE. En 2008, il a écrit un livre controversé intitulé ‘’ Le génocide voilé ‘’ sur un prétendu esclavage arabo-musulman qui aurait duré 13 siècles.

Nous essayerons d’analyser les affirmations de M. Ndiaye à travers certains passages. Nous rappelons que notre objectif n’est pas de présenter les arabes comme des saints. Nous avons d’ailleurs condamné le traitement infligé aux migrants en Lybie. Nous sommes aussi conscients de la maltraitance que subissent les noirs émigrés au Liban et dans d’autres pays du Moyen-Orient. Mais il serait malhonnête d’attribuer cela à un esclavage arabo-musulman. Il faut savoir faire la part des choses. Dans cette étude, n’aspirons à être guidés que par la recherche de la stricte vérité basée sur des preuves.

Concernant ce que Tidiane Ndiaye qualifie d’esclavage arabo-musulman, lui-même cite à la page 67 un hadith qui dit ; «  le pire des hommes est celui qui vend les hommes ». En quoi donc cet esclavage serait-il arabo-musulman si l’islam condamne de telles actions ?

Tidiane Ndiaye affirme à la page 94  : «  Après quelques tentatives de  conquête avortées par les mystérieux aventuriers arabes,  les Almoravides  venus du nord, et plus précisément du Maroc et de la Mauritanie, vont être premiers envahisseurs arabo-musulmans  armés à pousser leurs entreprises jusqu’au cœur du continent. » En quelle période ?

Il cite à la même page un rapport de l’ambassadeur de France en Arabie Saoudite sans donner la preuve. Il dit qu’on envoyait des trafiquants d’esclaves sous forme de missionnaires en Afrique noire. Une fois , les gens arrivent en pèlerinage, on les réduisait en captivité. Pourquoi ne donne-t-il pas les références de son rapport ? Tidiane Ndiaye est il réellement dans la science ? Si M. Ndiaye est réellement dans la science, il devrait fournir les références de ce rapport dans son ouvrage.

Il dit à la même page que c’est vers  790  que le roi noir du Ghana accrut son pouvoir. Dans la page suivante, il parle  de l’or. Pour lui, les arabes qui commerçaient avec cet empereur n’étaient attirés que par l’or. Il cite ensuite Baba Kaké. Il dit : «  Les esclaves ne deviendront importants que progressivement. » Nous sommes en droit de nous demander si la thèses de 13 siècles ne relève pas uniquement de son imagination. Nous rappelons par ailleurs qu’il a affirmé à la page 91 que les arabes ne purent conquérir l’Afrique du Nord qu’en 703. Si les arabes n’ont pu conquérir l’Afrique du Nord qu’en 703, comment ont-ils pu pratiquer l’esclavage à l’intérieur de l’Afrique sur treize siècles ? Il affirme à la page 98 : «  cette nébuleuse criminelle a vu le jour en 1060 en Perse. »

 

Une analyse rigoureuse et approfondie de la situation des noirs à cette époque suffit pour comprendre que les thèses de M. Tidiane Ndiaye ne résistent pas à un examen approfondi des faits . Certains observateurs affirment que M. Ndiaye est juste un pion des occidentaux afin d’induire les gens  en erreur. Un ami m’a affirmé que lorsqu’il l’a interrogé sur la participation des juifs à l’esclavage transatlantique, Tidiane Ndiaye le bloqua. Nous soulignons que cette interrogation est loin d’être anti sémite.  D’ailleurs, le traité Baqt dont il parle a une historicité douteuse si on veut réellement faire une étude scientifique de l’histoire . Popo Klah, par ailleurs  auteur kemite et afrocentrique affirme à propos de l’authenticité du Baqt : « En effet, s’agissant de ses propres sources, Al-Maqrizi prétend tenir le texte original de ce traité d’un certain Abou Zacharia, auteur du IX è  siècle. Lequel dit l’avoir vu chez son père, qui lui-même dit avoir été renseigné par une lignée de traditionnistes, dont les plus anciens furent contemporains d’Abdallah ibn Sayd, le signataire du baqt. Sauf que toutes les archives officielles de l’Egypte musulmane datant de l’époque de ce baqt avaient été conservées dans un lieu (le Diwan) qui a été incendié en 750. Par conséquent, le père d’un auteur du IX è siècle ne pouvait pas lui avoir montré le texte original d’un document parti en flammes un siècle auparavant » .

En plus de cette question liée à l’authenticité du baqt, nous sommes en mesure de douter des propos de Tidiane Ndiaye qui aggrave l’esclavage pratiqué par les arabes. Toutefois, nous ne sommes pas en train de soutenir cet esclavage ou en atténuer les effets. Tidiane affirme dans son livre [1] : «  Car, bien qu’il n’existe pas de degrés dans l’horreur ni de monopole de la cruauté , on peut soutenir , sans risque de se tromper, que le commerce arabo-musulman et les jihad ( guerres saintes) provoqués par ses impitoyables prédateurs  pour se procurer des captifs furent pour l’Afrique noire  bien plus dévastatrice  que la traite transatlantique ».  Certains pourraient être tentés de parler de l’esclavage en Mauritanie comme justification à cela. Mais les Mauritaniens qui luttent contre l’esclavage sont aussi des musulmans comme ceux qui le pratiquent. En quoi cette pratique est-elle donc musulmane d’autant plus que l’islam n’a jamais été remis en cause ? Nous pourrions aussi donner le cas de l’excision, qui bien qu’interdit, continue d’être pratiqué  de manière clandestine. En quoi peut-on dire qu’elle n’a pas été interdite ? Il en est de même pour le trafic de la drogue qui continue malgré son interdiction. Aucun analyste sérieux ne pourrait imputer l’esclavage de certains noirs de Mauritanie à l’islam. Même entre noirs, cette pratique de l’esclavage se poursuit à l’heure où nous écrivons ces lignes. Au Mali dans la région de Kayes, il a été fait cas des pratiques d’esclavage en milieu soninké.  Le journaliste Kaourou Magassa correspondant de TV5  au Mali avait fait un excellent reportage sur cette question le 14 Mai 2019. Selon lui, dans la région de Kayes, des communautés entières sont victimes de violations de leurs droits. Avant Kaourou Mangassa, Marie Rodet avait fait un film documentaire sur cette question en 2010 intitulé «  Les Diambourou, esclavage et émancipation à Kayes ». Malgré l’abolition officielle de l’esclavage en 1905 au Mali, sa pratique se poursuit jusqu’à aujourd’hui. Elara Bertho a d’ailleurs fait un remarquable travail sur cette question. D’ailleurs , Tidiane Ndiaye ne pourra pas dire le contraire. Il a reconnu cet esclavage interne. Il affirme à ce sujet à la page 42 : «  Car nombreux sont les témoignages effrayants, rapportant la férocité de certains monarques, notamment de quelques royaumes d’Afrique centrale. »

Il n’est point dans notre intention de nier un esclavage qui serait pratiqué par des arabes en Afrique. Mais tout porte à croire que la durée et l’espace géographique utilisés par Tidiane Ndiaye et les kemites ne sont pas exacts. Nul ne peut nier un esclavage pratiqué par les arabes tout comme un esclavage pratiqué par les africains entre eux. D’autant plus que lui-même   admet à la page 82  que ça ne s’étendait pas sur tout le continent.

On se souvient des écrits de Cheikh Ahmadou Baba (1556-1627) contre l’esclavage. Tidiane Ndiaye parle de treize siècles d’esclavage arabo-musulman depuis un hypothétique traité de pacte conclu en 652. Analysons ce que Tidiane en dit dans son ouvrage :

‘’ Les Nubiens avaient été durement secoués par les foudroyantes attaques des forces arabes. Ils se défendirent courageusement , mais , devant une supériorité numérique et la détermination des soldats du jihâd  ( la guerre sainte contre les incroyants) , ils préférèrent gagner négocier la paix en concluant , en 652, un traité connu sous le nom de bakht. C’est l’émir Abdallah ben Saïd qui se chargea des négociations avec le roi nubien Khalidurat. Un traité fut conclu en ces termes :

Article 1 : Traité accordé par l’émir Abdallah ben Saïd au roi de Nubie et à tous ses sujets  auquel tous les Nubiens [ …] , depuis les frontières d’Alwa, sont tenus de se conformer.

Article 2 : Abdallah ben Saïd leur accorde un acte de garantie et un armistice, qui les rendent alliés de tous les musulmans, tant que ceux du Sud que des autres contrées et des peuples tributaires. O peuple de Nubie, vous serez en sûreté sous la protection de Dieu et de son envoyé Mouhammad. Nous nous engageons à ne point vous attaquer, à ne susciter contre vous aucune guerre et à ne point faire de razzias dans votre pays, tant que vous serez fidèles à observer les conditions stipulées entre vous et nous et dont voici le détail.

Article 3 : […] Si des esclaves appartenant à des musulmans se réfugient auprès de vous, vous ne les retiendrez point, mais vous les ferez conduire en territoire musulman.

Article 5 : Vous livrerez chaque année trois cent soixante esclaves des deux sexes, qui seront choisi parmi les meilleurs de votre pays et envoyés à l’Imam des musulmans. Tous seront exempts de défauts. On ne présentera ni vieillards décrépits, ni vielles femmes , ni enfants au-dessous de l’âge de la puberté. Vous les remettrez au gouverneur d’Assouan. » ‘

En analysant, il en ressort que le texte de Tidiane Ndiaye manque de référence. En plus, en mentionnant la numérotation des articles dits du Bakht, il ne mentionne l’article 5 au lieu de l’article 4. A-t-il omis de citer l’article 4 ? A t il commis une erreur en écrivant l’article 5 en lieu et place de l’article 4 ? En tout cas , on y constate un manque de rigueur sidérant.

IL parle à la page 66 des blancs aussi vendus en esclavage aux arabes. Sur combien de temps ? Quelles ont été les conséquences ?

Il parle à la page 67 d’un saint homme qui serait réduit en esclavage . C’est qui ?

Il parle à la page 69 d’un roi africain de Bornou sans dire son nom . Qu’est-ce qui pourrait justifier ces imprécisions ?

Paradoxalement, c’est  pendant cette même période que l’Afrique a connu son essor économique à travers des empires comme ceux du Ghana du troisième au huitième siècle ; l’empire Sosso du huitième au treizième siècle ; l’empire du Mali du treizième au quatorzième siècle, l’empire Songhaï du quinzième au seizième siècle.

Il affirme à la page 70 : «  En fait, les négriers arabo-musulmans ont ratissé le continent noir avec un grand mépris, jusqu’au nord de l’actuel Ghana et le long d’une ligne qui sert aujourd’hui de frontière  avec la Côte d’Ivoire. » On voit encore , comme à son habitude que M. Ndiaye parle d’une ligne sans la citer . Voyons ce qu’en dit Cheikh Anta Diop à concernant l’esclavage interne en Afrique et le processus d’acquisition des esclaves par des commerçants arabes [2] :   » L’empire ( du Ghana) s’était ouvert au monde extérieur par le commerce ; il jouissait déjà d’une existence internationale, dont hériteront en la renforçant les futurs empires du Mali et du Songhaï. Mais à cette époque un esclavagisme interne régnait dans la société africaine : on pouvait vendre son semblable à son concitoyen ou à un étranger. Cela explique que les Berbères et les Arabes commerçants enrichis et installés à Aoudaghost, bien que vassaux du souverain noir, puissent acquérir des esclaves noirs par la voie de l’achat. On trouvait ainsi dans la ville des individus qui possédaient jusqu’à mille esclaves. On a voulu montrer ici par quel mécanisme pacifique le monde blanc (arabe) pouvait avoir des esclaves noirs. Ce n’était pas par la voie de la conquête, comme on le laisse entendre souvent. Ces empires défendus par des centaines de milliers de guerriers au besoin, avec leur organisation politique et administrative centralisée, étaient trop puissants pour qu’un voyageur solitaire, à des milliers de kilomètres de chez lui, essaie d’y risquer des coups de mains quelconque. La réalité était beaucoup plus banale, comme cela ressort de ce qui précède ; pour des raisons qui seront exposées plus loin, l’esclavage allait cesser d’exister, dans le monde blanc et européen en particulier, tandis qu’il subsistait dans le monde noir. On saisit la complexité des faits qu’il est souvent très tentant d’utiliser pour obscurcir certains points de l’Histoire. Toutes les minorités blanches qui vivaient en Afrique pouvaient posséder des esclaves noirs, mais esclaves et maîtres blancs étaient également les sujets d’un empereur noir : ils étaient tous soumis au même pouvoir politique africain. Ce n’est pas faire preuve d’historien que de laisser s’estomper tout ce contexte politico-social. »

Ppourtant, il cite lui-même à la page 70 la puissance de Kankou Moussa. Il affirme que dans  cette moitié du XIV e siècle, il était écrit : « Il y a au monde quatre sultans, y compris le sultan suprême ( empereur de Constantinople), à savoir le sultan de Bagdad, le sultan du Caire, le sultan du Bornou et le sultan du Mali. »  Comme l’a si bien démontré Cheikh Anta Diop, nous aimerions savoir comment des voyageurs pouvaient s’aventurer à venir capturer des esclaves dans un empire aussi puissant ?

Nous pourrions aussi citer le cas de la riche cité d’Ilé-Ifè qui a donné l’une des civilisations les plus originales d’Afrique entre le septième et le douzième siècle !  Même si l’existence du traité de Baqt est sujette à questions au sein des kemites eux-mêmes, comment tous ces empires ont pu connaitre un essor malgré ces «  treize siècles d’esclavage arabo-musulman » ? Léo Frobenius (1873-1938 ) ethnologue allemand  qui va même influencer le courant de la négritude a attesté du degré de civilisation des peuples africains à cette époque . Lui-même cite [3] Frobenius . Il cite sa douzaine d’expéditions en Afrique entre 1904 et 1935. Il reprend ce témoignage : « En 1906, lorsque je pénétrai dans le territoire de Kassaî Sankuru, je trouvai encore des villages dont les rues principales étaient bordées de chaque coté, pendant des lieues, de quatre rangées de palmiers et dont les cases, ornées chacune de façon charmante, étaient autant d’œuvres d’art… »

Pourtant, il affirme que c’est ce continent qui a été décimé par les arabes. Frobenius était venu trouver un endroit décimé en 1905 ? L’incohérence des déclarations de M. Ndiaye est patente

Les écrits d’Aimé Césaire édifient également sur la richesse de la civilisation africaine en cette période précédant l’esclavage transatlantique : « Lorsqu’ils arrivèrent dans la baie de Guinée et abordèrent à Vaïda, les capitaines furent fort étonnés de trouver des rues bien aménagées, bordées sur une longueur de plusieurs lieues par deux rangées d’arbres ; ils traversèrent pendant de longs jours une campagne couverte de champs magnifiques, habités par des hommes vêtus de costumes éclatants dont ils avaient tissé l’étoffe eux-mêmes ! Plus au sud, dans le Royaume du Congo, une foule grouillante habillée de « soie » et de « velours », de grands États bien ordonnés, et cela dans les moindres détails, des souverains puissants, des industries opulentes. Civilisés jusqu’à la moelle des os ! Et toute semblable était la condition des pays à la côte orientale, le Mozambique, par exemple » [4] . Pourtant, on sait comment l’esclavage transatlantique a déstructuré l’Afrique en moins de cinq siècles ! Pendant cette époque, Tombouctou hébergeait l’une des bibliothèques les plus fournies du monde ! Du côté de l’Angola également, le royaume du Congo avec quatre millions d’habitants en 1506 était plus peuplé que le Portugal avec 1,5 million d’habitants ( Voire les travaux de Jose Redinha, 1975). Même si cela n’est pas l’objet de notre étude, il faut noter que contrairement à ce que prêchent certains kemites ou afrocentristes, ces peuples connaissaient aussi l’esclavage mais à un degré certainement différent. L’empereur Kankou Moussa en visite en Arabie à cette époque a impressionné le monde arabe de par sa richesse à tel point qu’on lui aurait déroulé le tapis rouge. Comment peut-on honorer ainsi un peuple réduit en esclavage ? Après son retour de la Mecque, il serait venu avec beaucoup d’architectes arabes pour construire des mosquées. Comment un esclave peut il revenir avec des architectes ? Ce qui ne fait que conforter les travaux de Louise Marie Maes Diop sur la démographie africaine avant l’esclavage transatlantique.

Notons d’ailleurs que parmi les africains qui se sont le plus révoltés contre l’esclavage, il y avait l’imam Souleymane Baal. Il fut à l’origine de la révolution de Fouta. Selon Baila Wane, il avait laissé ces recommandations :  Détrônez tout imâm dont vous voyez la fortune s’accroître et confisquez l’ensemble de ses biens ; combattez-le et expulsez-le s’il s’entête ; veillez bien à ce que l’imâmat ne soit pas transformé en une royauté héréditaire où seuls les fils succèdent à leurs pères ; l’imâm peut être choisi dans n’importe quelle tribu ; choisissez toujours un homme savant et travailleur ; il ne faudra jamais limiter le choix à une seule et même tribu ; fondez-vous toujours sur le critère de l’aptitude. »

Cela ne fait que donner encore raison au Professeur Cheikh Anta Diop lorsqu’il dit que les gens amplifient l’invasion arabo-musulmane en Afrique noire juste pour des raisons d’idéologie.

Après lecture de son ouvrage, nous retenons que Tidiane Ndiaye s’est livré à des analyses et raccourcis faciles face à des faits complexes. Il en ressort qu’il est plus dans l’idéologie que dans la science.

Ne dit-on pas que de la confrontation des idées jaillit la vérité ? Pour notre part, nous sommes disposés à tout débat ouvert et transparent avec M. Tidiane Ndiaye sur cette question

Auteur

ASANTE Harouna

Chercheur indépendant

asanteh@live.fr

 

[1] Génocide voilé, p.12

[2] Afrique Noire Précoloniale, pp.89-90

[3] Génocide voilé, p.87

[4]  Tropiques N°5 et cité par Cheikh Anta Diop