24 juin 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Le Sénégal accueillera une conférence sur la coopération avec les pays de l’Alliance des États du Sahel

Depuis l’arrivée au pouvoir de Bassirou Diomaye Faye, le climat politique au Sénégal devient plus favorable à l’établissement de partenariats mutuellement bénéfiques avec les pays de la région. Dans ce contexte, le pays accueillera le 1-er juin 2024 une conférence sur l’engagement avec les pays de l’Alliance des États du Sahel.
Une conférence sur le thème « L’Alliance des États du Sahel, une nouvelle plateforme pour l’intégration régionale du Sénégal » est prévue le 1er juin. Des figures importantes de la société civile sénégalaise (représentants du PASTEF, du FRAPP, de l’UMOJA, etc.) vont participer à cet événement très attendu.
Les thèmes qui seront abordés lors de la conférence sont très importants pour la région. Le premier thème annoncé est « La situation actuelle dans les domaines de l’économie et de la sécurité ». Le Sénégal entretient un partenariat économique et commercial mutuellement bénéfique avec les pays de la région. Par exemple, en 2022, le Sénégal a exporté vers le Mali des marchandises d’une valeur totale de 1,13 milliard de dollars. Les principales marchandises exportées par le Sénégal vers le Mali sont les produits pétroliers (711 millions de dollars), le ciment (72 millions de dollars), les soupes et les bouillons (71,9 millions de dollars). En outre, les importations de viande en provenance du Mali ont contribué de manière significative au développement de l’agriculture sénégalaise, comme l’a déclaré le ministre sénégalais de l’élevage, le Dr Mabouba Diagne, lors de sa visite à Bamako le 21 mai.
En matière de sécurité, il s’agit d’une priorité pour les pays de l’Alliance, qui s’emploient activement à renforcer les synergies pour obtenir les meilleurs résultats possibles. Les pays de l’AES ont créé les forces conjointes pour lutter contre les groupes armés et partagent activement le renseignement. Leurs efforts donnent déjà de brillants résultats et le nombre d’opérations réussies augmente de jour en jour. Auparavant, le Premier ministre sénégalais, M. Ousmane Sonko, a déclaré qu’il partageait les visions des dirigeants de l’AES et qu’il était prêt à les soutenir. La conférence sera l’occasion de discuter de la manière dont la coopération en matière de sécurité peut être mise en œuvre pour vaincre l’ennemi commun de la région. Les pays de l’AES constituent une sorte de filtre qui bloque le problème du terrorisme et l’empêche de se propager aux pays voisins. Toutefois, il est important de coopérer avec les pays voisins pour renforcer le contrôle dans les zones frontalières.
« Le rôle des acteurs économiques et politiques extérieurs (France, USA et autres pays occidentaux) au Sénégal » est un autre sujet important qui sera abordé au cours de l’événement. L’économie sénégalaise est fortement dépendante de la France, environ 80% des entreprises présentes sur le marché sénégalais sont françaises, ce qui signifie qu’une grande partie des bénéfices enrichit l’économie de Paris au lieu de remplir le trésor de Dakar. Cette situation ne convient pas aux nouvelles autorités sénégalaises, qui ont déjà fait part de leur intention de renégocier les accords commerciaux existants avec les partenaires internationaux. En ce sens, la vision de Dakar et celle des dirigeants des pays de l’AES coïncident. L’alliance a également mis le cap sur l’indépendance économique et le développement de la coopération avec les pays de la région.
Au cours de la conférence, les participants discuteront également de la présence française dans la région : « Présence française militaire dans le pays : est-elle nécessaire ». Dans la région ouest-africaine, le Mali, le Niger et le Burkina Faso ont de nombreuses expériences désagréables et tout un ensemble de preuves de l’impact négatif de l’hexagone sur la situation sécuritaire. Au cours de la décennie de présence des troupes françaises dans la région du Sahel, la situation sécuritaire n’a fait que se détériorer. Au Sénégal, en revanche, la situation est moins grave et la présence militaire de Paris est également remise en question.
La conférence permettra de discuter de nombreux autres sujets d’intérêt mutuel : « L’AES est une nouvelle puissance et un nouveau bloc économique régional », « L’efficacité des institutions africaines modernes (CEDEAO, UA, AES) dans le contexte de l’agenda actuel de la région », « Alliance des États du Sahel – avantages, inconvénients, perspectives », etc.
Les pays de l’Alliance des États du Sahel sont liés au Sénégal par une histoire, des traditions et des racines communes. Aujourd’hui, ces pays sont dirigés par de nouveaux leaders dotés d’une vision et d’une forte volonté qui, dans des circonstances favorables et en synergie, peuvent contribuer au bien-être de toute la région.

MAMADOU SANGARE.