19 mai 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Le second mandat en poche : Macky ouvre les bras ouverts à l’opposition


Depuis le début de son magistère jusqu’à récemment, le Président Macky n’a jamais daigné caresser l’opposition dans le sens des poils. Et  sa fameuse boutade consistant  » à la réduire  à sa plus simple expression » résonne toujours  au sein du landerneau politique national. Mais il semblerait que le Président Macky avait surtout besoin de « sécuriser » son second mandat avant de s’ouvrir démocratiquement à l’opposition.

Que n’a-t-on pas vu de la moche répression policière qui s’est abattue sur les opposants au régime de Macky. Un Premier Ministre a passé une nuit entière sur une chaise au commissariat central alors qu’il manifestait contre le parrainage. Des lacrymogènes ont été balancés dans des écoles de potaches pour débusquer des récalcitrants au parrainage à Dakar-ville. Les opposants au régime n’avaient pas droit au chapitre et Macky ne leur concédait aucune pouce du terrain politique. Soit ils l’obéissait ou alors il les traquait sur n’importe quelle adversité qui les liait de près ou de loin. Les sénégalais en étaient devenus traumatisés par cette furie politicienne qui alimentait les relations  déjà heurtées entre opposition et pouvoir. Le jeu politique était complètement biaisé encore moins le jeu démocratique.  »Le pouvoir de la force » avait fini par être érigé en règle par le pouvoir de Macky. Mais comble du destin, après avoir déroulé tout ce dont il avait besoin de dérouler pour s’assurer un second mandat-un troisième étant en suspens-Macky s’est soudain assagi. Il devient moins violent, se transforme en messie et devient un homme de paix et de concorde civile. Il ne parle plus de réduire l’opposition à sa plus petite expression. Enfin, il accepte les termes de référence édictés par l’opposition pour un dialogue politique inclusif entre tous les acteurs politiques. Enfin, enfin, il devient démocrate responsable et même d’une ouverture incommensurable. Si c’est cela la démocratie,le Sénégal n’est pas encore sorti de l’auberge. Comble du destin  !

Assane SEYE-Senegal7