24 juin 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Le réseau social X autorise officiellement la pornographie sur sa plate-forme

Depuis ce lundi 3 juin, le réseau social X a annoncé autoriser officiellement les contenus à caractère pornographique sur sa plate-forme. Cette annonce ne va pas faire considérablement évoluer le réseau social qui regorgeait déjà de pornographie, néanmoins, X entend «mieux l’encadrer».
La pornographie est officiellement «la bienvenue» sur X. Le réseau social qui n’avait jamais interdit cette dernière à sa création, a autorisé sa libre publication sous certaines conditions. 
Dans la section «contenu pour adultes» de son règlement, le réseau social a indiqué, «vous pouvez partager des contenus comportant de la nudité destinée aux adultes et des actes sexuels, produits et diffusés avec le consentement des personnes représentées, si toutefois ils sont marqués correctement et s’ils ne sont pas placés dans des zones très visibles».
UNE DÉFINITION CLAIRE DU CONTENU POUR ADULTES
Pour encadrer cette autorisation officielle, X a donné une définition claire du contenu pour adultes. Ainsi, ce mot désigne «tous les contenus montrant de la nudité destinée aux adultes ou des actes sexuels, de nature pornographique, ou destinés à provoquer une excitation sexuelle, qui sont produits et diffusés avec le consentement des personnes représentées. Cela s’applique également aux contenus générés par l’IA, photographiques ou animés (dessins animés, hentai…)».
Néanmoins, cette autorisation de la pornographie par le réseau social s’assortit de règles, notamment sur la visibilité de cette dernière par un public mineur. «Les utilisateurs de moins de 18 ans ou ceux qui n’indiquent pas de date de naissance sur leur profil ne peuvent pas cliquer pour afficher le contenu marqué», a précisé X.
Les contenus faisant «la promotion de l’exploitation, de l’absence de consentement, de l’objectification, de la sexualisation des mineurs ou de mauvais traitements envers eux, ainsi que des comportements obscènes» sont par ailleurs interdits sur la plate-forme. 
                                                                    CNEWS.