19 juin 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Le prix Goncourt de Mbougar Sarr: le sacré prix pour la bonne raison (Par El Hadji Thiam)

Pendant que le patron de facebook nous dévoile son vaste programme de Snow Crash world, en suggérant par là une nouvelle manière d’etre au monde, une nouvelle présence au futur des objets; d’autres s’emploient à faire du métavers (de la prophétie littéraire) selon des perspectives erratiques – par la grâce de la fiction. L’un et l’autre sont tous connotés de démesure, de complexité et de transmission. La littérature, par exemple, nous rappelle à juste titre les univers du possible et de la transposition. Le monde littéraire constitue un endroit cosmopolite par excellence.

Peut-on définir la littérature d’aujourd’hui, ou la circoncrire dans le temps et lui accoler des variantes formelles ou des constantes progressives pour juger de son expansion? Il me semble que toute entreprise qui chercherait à définir cette problématique est susceptible tomber dans le néant de la pensée – pas en étant surtout nihiliste, j’avoue !

La littérature est clairement cet horizon indépassable, le langage de la fiction, ou encore le lieu où se déclinent tous les possibles. Pour autant, cette étiquette est loin d’être claire dans sa nature et par sa structure, en ce sens que nous sommes loin de comprendre de quoi il est question. Notre prétention commune à la littérature comme salut décidera de sa propre négation dans les sphères de dialogue moderne. Tout est rien, rien est tout. Peut-être c’est notre manière de céder face à l’incertitude, devant la force des mots. Peut-être que c’est dû même à la manière dont fonctionne la littérature africaine depuis son lancement. Voilà quelques jours déjà que nous avons tous célébré le succès retentissant de l’écrivain sénégalais, Mouhamed Mbougar Sarr. Un bon signal évidemment ! Quelques jours avant sa consécration, c’était au tour de l’écrivain Abdourazak Burnah. Ce dernier est le sixième auteur africain à recevoir le prix Nobel en 120 ans d’histoire. La critique a salué chez cet auteur talentueux “la pénétration compatissante des effets du colonialisme et du sort des réfugiés dans le gouffre entre les cultures et les continents ». Deux écrivains qui ont en effet fini de brouiller les catégories littéraires, les catégories de classement au sein même de la littérature.

Aujourd’hui, il est de plus en plus difficile d’éjecter ces auteurs de la littérature mondiale, car ils ont su perturber les attentes par rapport aux frontières existant entre la littérature africaine et la littérature post-coloniale. Dans leurs oeuvres, les enjeux sont multiples( colonialisme, racisme, migration, etc.). L’universitaire, écrivain et traductrice littéraire MEG ARENBERG le dit explicitement en ces termes:  « L’œuvre de Gurnah reconnaît la violence de la rupture coloniale et sa perturbation de ces formes d’échange antérieures et plus fluides, mais elle rend également compte des périodes successives d’invasion et de contrôle étrangers sur la côte est-africaine – des portugais aux omanais en passant par les allemands et les britanniques – comme d’autres complications à un espace culturel déjà complexe. Dans ses romans, cela signifie le mélange d’encore plus de langues, d’allusions littéraires et de perspectives. Les itinérants, les migrants et les exilés qui peuplent ses livres connaissent à peine leurs propres histoires, qui ne leur apparaissent que lentement, au fil du temps, à travers la révélation des perspectives d’autres personnages et des histoires plus compliquées. »

Le pari est que leurs « mondes narratifs » réinjectent de la complexité dans la création. Cela laisse supposer que les formes et les genres se developpent, mutent, passent sous terre et renaissent au sein du système littéraire. Chez ces deux auteurs africains, la littérature se traduit ainsi comme un système où les genres sont interliés – suivant la fameuse vision de Yuri Tuyanov. La preuve est que l’écrivain sénégalais a utilisé tous les moyens de la littérature( Citations, journal de travail, coupures de presse, entretiens) pour se lancer dans un questionnement suggestif, parcourant la littérature elle-même de manière subtile.

Toutefois, l’œuvre de Mbougar Sarr ne traduit pas une biographie romancée, en dépit du fait qu’elle soit associée à l’histoire d’une destinée littéraire, même dans le plus profond des silences,- et pendant une époque bien déterminée. Dans cette perspective, le romanesque est à son comble parce qu’il est réduit à son plus simple appareil. La pelote de la vie et celle de la littérature se mêlent, s’alimentent, et la veine semble la même. Ce qui est à juste titre considéré comme une enquête romancée est en quelque sorte l’aboutissement d’un mélange de flou et de détails orchestré par différents protagonistes, reliant des fantômes et des spectres errants. Les personages errent dans leur mémoire, l’auteur erre finalement, comme chez Patrick Modiano, dans la mémoire de la mémoire. Sous ce rapport, Mbougar ne fait pas l’impasse sur les (dons du langage) pour bâtir une véritable conscience historique, il va même jusqu’à s’inscrire dans une longue tradition d’écrivains aux prises avec l’obectivité de l’art.

La plus secrète mémoire des hommes commence dans le Paris littéraire des années 2010 (côté afro) et des années 1930, au cours d’une première partie de loin la meilleure, car la plus vivace, la plus intrigante, la plus drôle aussi ; il se poursuit dans le Sénégal colonial au début du XXe siècle, puis dans la France occupée, tout en faisant apparaître le souvenir des tirailleurs sénégalais de la guerre précédente ; il continue dans l’Argentine de Sábato et de Gombrowicz ; il se termine dans le Dakar en révolte d’aujourd’hui.

Son œuvre, comme celle de Abdourazak Burnah, est une ronde, elle tourne, hypnotise le lecteur, endort celui-ci. Cet art de repriser, pour reprendre Cécile Dutheil, de lancer des perches de romans à venir et de rattraper des histoires passées, démontre une certaine prouesse du langage mais aussi son génie littéraire. En cela, l’histoire est un artifice élaborant une construction consciente.

El Hadji Thiam est coach et professeur à l’Ecole dentaire internationale ( EDI), où il enseigne la méthodologie du français moderne et la communication. Il est par ailleurs un praticien de la littérature française et africaine.