24 juin 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Le discours d’Emmanuel Macron, «un moment clef du quinquennat» pour la majorité

Le grand oral tant attendu d’Emmanuel Macron, reporté de dix jours en raison de l’incendie à la cathédrale Notre-Dame de Paris, aura lieu ce jeudi soir. Le président de la République y dévoilera ses mesures post-grand débat national alors que certaines annonces avaient déjà fuité.

« C’est un moment clef du quinquennat, chacun retient son souffle », confie un rien inquiet un ministre qui sera ce soir, comme tous les membres du gouvernement, à l’Élysée et qui avoue par ailleurs « ne rien savoir » des arbitrages finalement retenus par le président – qui « comme toujours, décidera tout seul ».

Emmanuel Macron sera seul en scène également ce soir dans la grande salle des fêtes de l’Élysée, face à quelque 300 journalistes, pour sa toute première conférence de presse qui devrait durer au moins 2 heures : une demi-heure de discours, et puis le président répondra ensuite aux questions de la salle. Et officiellement, pas question que cela s’éternise : « On ne refait pas le grand débat avec les journalistes », avertit d’ores et déjà son entourage.

Des mesures pour certaines déjà diffusées

Deux heures pour convaincre, pour lister des annonces et aussi, et surtout faire de la pédagogie. Le chef de l’État doit donner « des perspectives et un cap », sur des mesures pour certaines déjà connues puisqu’elles ont fuité, comme la réindexation des petites retraites sur l’inflation, ou bien encore la baisse des impôts pour les classes moyennes.

Et puis, il y a les mesures plus polémiques : la suppression de l’ENA très critiquée, et surtout « la nécessité de travailler davantage », sujet explosif s’il en est. Les « gilets jaunes » ne semblent pour l’instant pas convaincus comme Christine, militante bordelaise de la première heure : « Ce sera vraiment encore une parole de plus, parce que même les axes qui ont été court-circuités ces derniers temps, si ce sont bien les axes qu’il prend et ce qu’il va expliquer, ce ne sont pas les bons»

Emmanuel Macron devrait ainsi ce soir préciser sa pensée sur des mesures aussi impopulaires que l’éventuel report de l’âge du départ en retraite, ou la fin des 35 heures, ou bien encore la suppression d’un jour férié, des mesures qui divisent jusque dans sa propre majorité. On comprend mieux dès lors pourquoi « chacun retient son souffle ».

Pas d’erreur possible à un mois des européennes

Et le président n’a pas vraiment le droit à l’erreur après cinq mois de manifestations. D’ailleurs pour l’enseignant à Sciences Po Paris, Bruno Cautrès l’exercice est périlleux pour le chef de l’État : « Emmanuel Macron va se soumettre à l’exercice de la conférence de presse à l’ancienne, avec des questions de journalistes qui vont fuser. Les annonces, leur cadrage général, ont été révélées il y a plus d’une semaine. Donc sans aucun doute qu’Emmanuel Macron va être bombardé de questions très précises sur la mise œuvre, les moyens, les calendriers. Donc exercice difficile ».