26 février 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

L’amnistie contre la justice – Par Imam Kanté

« L’amnistie est l’effacement par la loi de certaines condamnations de votre casier judiciaire. Si vous faites partie des personnes visées par une loi d’amnistie, vous êtes alors reconnu comme innocent pour les faits qui avaient entraîné les condamnations.
Contrairement à une grâce présidentielle, une mesure d’amnistie n’est pas une mesure individuelle. Il s’agit d’une mesure générale, issue d’une loi spécialement votée à cet effet. Elle bénéficie à toutes les personnes qui ont commis une ou plusieurs catégories d’infractions: Acte interdit par la loi et passible de sanctions pénales visées dans la loi. » (site service-public.fr)

Tout le monde sait pourquoi nous avons pris ce texte de là-bas…

Ainsi expliquée, l’amnistie devient inévitablement pour la classe politique un moyen de se pardonner ce qu’elle veut, de « s’effacer » ce qu’elle veut, de se donner une virginité judiciaire quand elle veut et donc de renaître des cendres de ses turpitudes tel un sphinx.

A notre avis, l’amnistie met en cause la séparation entre le politique et le judiciaire. Et même s’il est dit que qu’une loi d’amnistie vise des faits, on peut répondre : des faits commis par qui ?

L’autre problème de l’amnistie est qu’il permet à son initiateur de mettre sur sa liste qui il veut et pas forcément « qui le mériterait ».

Tout cela, entre autres problèmes, fait que pour nous, l’amnistie est une disposition anti justice et un pouvoir de manipulation qui, à tout le moins, consacre une « république » où le politique peut faire ce qu’il veut de tout le processus en temps, moyens humains, financiers et matériels qui participent à informer les décisions du juge.

L’amnistie a pour autre effet pervers ceci que le politique n’a pas de raison d’avoir peur d’être un monstre et un criminel de par l’ivresse du pouvoir.

Ahmadou Makhtar Kanté