23 mai 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

La relation de l’homme avec Allah

La relation de l’homme avec Allah

Pendant qu’il accomplit un acte d’adoration, l’homme est absorbé par ses louanges à Allah, et donc, essaie d’amener son âme à se transcender et à se hisser au-dessus de ce monde matériel. Il tente de se purifier des impuretés de ses péchés et de cultiver en lui-même, de haute qualité humaine. Il implore l’aide d’Allah, le Tout-Puissant et l’Éternel afin de venir à bout des causes du désespoir et du découragement ; il continue de L’invoquer afin d’assumer sa responsabilité envers Lui. Le Saint Coran dit :

« Adore-Moi et persiste dans la prière pour te souvenir de Moi. » (Sourate Tâhâ ; 20:14)

De là, il est évident que c’est l’adorateur qui tirera profit de l’adoration.

L’effet salutaire de l’adoration

Les actes d’adoration sont à accomplir avec une attention particulière et certaines formalités. Allah n’a pas besoin de nos actes d’adoration. C’est nous qui, à travers notre adoration d’Allah, sommes comblés de grands avantages moraux et matériels.

Alexis Carrel1, un scientifique connu, dit : « Lorsqu’il n’est pas possible de trouver des mots qui suscitent l’espoir, ce sont l’adoration et la prière qui engendrent le sentiment de confiance et rendent l’homme capable de faire face, avec assurance, aux problèmes complexes de la vie. Ce sentiment peut se manifester chez chaque individu. »

L’adoration laisse une marque déterminée sur les habitudes et les manières, et c’est pour cette raison que nous devons accomplir des actes d’adoration régulièrement. Les sociétés qui ont assassiné l’esprit de l’adoration ne sont pas à l’abri de la corruption et de la décadence. Les effets de l’adoration et du culte sont si rapides et si étonnants que leur manifestation peut être sentie physiquement.

Selon le même scientifique, le résultat de l’adoration peut être établi scientifiquement. Les actes cultuels influent, non seulement, sur les conditions émotionnelles, mais aussi les conditions physiques, et parfois même ils guérissent les maladies du corps en quelques jours ou en quelques moments. Les actes d’adoration islamiques sont très facilités pour le malade et le faible.

Il convient de noter que non seulement les actes d’adoration islamiques sont de nature à promouvoir des effets sains et bienvenus dans les aspects émotionnel, psychologique et moral de l’individu, mais qu’ils produisent aussi des effets sociaux remarquables (voir Ayatollâh Mohammad Bâtir al-Sadr.2

Aç-Çalât (la Prière)

La Çalât, l’un des plus importants actes d’adoration islamiques, est accomplie cinq fois par jour et nuit, avec une grande simplicité et dévotion. Elle produit un effet très sain et profond sur la vie morale et spirituelle de l’homme. Elle aide à consolider l’esprit de la foi et à purifier le cœur de l’adorateur des impuretés du péché. Comme l’une de ses conditions est la propreté, elle exige de chaque musulman qu’il garde son corps et ses vêtements propres et soignés.3

L’une des exigences préalables à la prière est que le vêtement du « priant » et le lieu où il accomplit la prière ne doivent pas être obtenus par des moyens illégaux. De cette façon, l’Islam apprend à l’homme à ne pas transgresser la propriété d’autrui et à ne pas en abuser. Et comme la prière doit être accomplie à des heures précises, l’Islam nous apprend, par cette pratique, la discipline et la ponctualité et habitue l’homme à se réveiller tôt, habitude dans laquelle réside le secret du succès de beaucoup de personnalités dans le monde.

Nous savons qu’il est préférable d’accomplir la prière en assemblée, où tout le monde sans distinction se met debout devant Allah, en une ou plusieurs rangées, et s’acquitte de ce rituel significatif et anoblissant qu’est la prière, d’une manière fraternelle. La Prière en assemblée nous donne une leçon d’égalité, de fraternité, d’harmonie et d’unité.

Le jeûne

Le jeûne est un autre acte d’adoration islamique qui nous apprend 1’auto-contrôle et la résistance à la passion. Sur le plan social, il incite les gens à faire preuve d’une sympathie pratique envers les affamés et les dépossédés. En outre, sur le plan de la santé et de l’hygiène, sa valeur curative et préventive est indéniable.

Il nettoie le système corporel interne et débarrasse l’organisme des matières alimentaires non consommées qui prennent généralement la forme de graisse superflue et excédentaire, et qui deviennent la cause de beaucoup de malaises et de maladies. Le jeûne est une bonne mesure de précaution et de prévention contre la survenue d’un grand nombre de maladies. Il a aussi une valeur curative4.

Le Hajj (le Pèlerinage de la Mecque)

La tenue d’une grande conférence des musulmans du monde est une autre pièce maîtresse des enseignements islamiques concernant le culte. Les cérémonies du Hajj (pèlerinage de la Mecque) sont si émouvantes, si pures et imprégnées tellement de fraternité et d’égalité qu’elles impressionnent tout un chacun sans exception.

Plus d’un million de musulmans venus de toutes les régions du monde accomplissent le Hajj chaque année. Ce rassemblement offre à des gens de toutes races, de toutes langues et de toutes nationalités l’occasion de se rencontrer sur un terrain commun, sans aucune discrimination. Ces cérémonies arrachent l’homme à sa coquille matérielle, marquée par la sévérité et l’antagonisme, pour l’élever vers une atmosphère pleine de dévotion et de vertu. Elles attendrissent les émotions et adoucissent les sentiments.

Les rassemblements du Hajj ont aussi pour but de tenir une conférence nationale à un niveau mondial et de contribuer à l’homogénéité des musulmans, sur les plans à la fois politique et économique. Ces rassemblements servent également de force d’unification et de lien commun entre des musulmans appartenant à des horizons sociaux divers et leur fournissent l’occasion de s’asseoir ensemble et d’échanger leurs idées.

Une étude de tous les actes d’adoration en Islam montrera que chacun d’eux possède un aspect moral ou spirituel et un aspect social. Cela confirme ce que nous avons dit plus haut, à savoir que le bénéfice de tous les actes d’adoration en Islam revient à celui qui les accomplit, ainsi qu’à l’ensemble de la société.

al islam org