24 juin 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

La Coalition Yewwi Askan Wi: un marché de dupes ! (Par Hady Wane)

L’improvisation, combinée à l’amateurisme, la résultante ne peut être que le désordre.
Cette maxime se vérifie dans la Coalition Yewwi Askan Wi. Il ne pouvait être autrement car le concepteur, l’architecte de cette coalition n’est personne autre que Barthélemy Diaz. Un homme malin, proche de ses intérêts, au verbe haut dans la revendication, jamais dans la proposition.

Sur les manœuvres politiques, Il a atteint un certain niveau mais pas au degré de sophistication nécessaire pour passer sous les radars car elles ne sont pas assez souterraines, mieux elles sont même transparentes. Barth a réussi son coup avec cette coalition, ce qui n’est pas dérisoire. Soulignons son mérite à moins que le père soit le véritable capitaine qui tient le gouvernail, ce qui est probable.

En tout état de cause, je constate: Barth a fini de profiter de deux faiblesses, la faiblesse vertueuse de Khalifa Sall et l’immaturité de Pastef et son leader Ousmane Sonko.
Khalifa est un homme de structures, un idéologue, un homme profondément républicain qui est sorti de son ghetto politique de Grand Yoff pour la ville de Dakar grâce à une large coalition de l’opposition, aux élections locales de 2009, face à un gouvernement atteint par l’usure du pouvoir, alors qu’il était en direction de Conakry pour un post Onusien.

A la Mairie de Dakar, Khalifa s’entoura de jeunes aux ambitions démesurées. Ces jeunes ont voulu en faire un escalier pour la conquête du pourvoir. Ils l’engagent dans un bras de fer politique (contre sa nature) qui finit au bagne. Si Barth réussit une nouvelle paire de manche, une victoire à la ville de Dakar, il conduirait Khalifa directement à la guillotine politique. Cependant ce triomphe est improbable. Je ne vois pas Dakar est une aventure insolente. Certainement aussi la conviction de l’ex Maire de Dakar qui observe avec une neutralité impuissante, ce carnaval de désordre.

L’autre manœuvre politique de Barth est l’enrôlement de Pastef et de Ousmane Sonko dans Yewwi Askan Wi. Barth pense à un mariage naturel et est convaincu d’avoir le même public que Sonko. un public constitué essentiellement d’iconoclastes, des marginaux convaincus de l’heure de réinventer la roue est imminente (ce qui n’arrivera jamais). Un public de jeunes aux testostérones élevées, juste sortis de l’adolescence de nature agressive, de gros enfants qui confondent discours politique et insolence, posture guerrière et courage, surfant sur un nationalisme étroit, bref des novices.

Dans cette foire de calculs qu’est Yewwi, Barth étouffe ainsi toute ambition de Ousmane Sonko et de son Parti dans sa commune et la ville de Dakar. Une perche ou un piège de Barth pour/contre Ousmane Sonko. Une perche car depuis l’affaire Sweet Beauté, Pastef et son leader sont dans une logique de cacher leur véritable poids électoral. Un piège car s’il gagne par extraordinaire la ville de Dakar, il devient le chef de l’opposition sans frais.
Monsieur Diaz attire les militants de Pastef par son insolence et rêve des autres couches sociales par la politesse de Khalifa Sall. Dans ce marché de dupes, je ne vois ni harmonie ni issue heureuse.

Hady Wane