Encore une jeune fille violée. Cette fois-ci c’est à Khar Yalla, un quartier de la capitale. A. L. Dabo a séquestré et abusé sa nièce de 17 ans sous la menace d’un couteau.
Les faits remontent au 7 janvier dernier à la maison familiale d’A. L Dabo. Ce dernier, armé d’un couteau, a menacé de mort sa nièce, la fille de sa propre grande sœur, avant de la violer à l’insu des occupants de la maison.
Ce jour-là, c’est aux environs de 18 heures, que les éléments du commissariat de police de Grand-Yoff ont reçu au poste la mère de la victime. Elle venu déposer une plainte pour viol contre son frère.
C’est ainsi que les limiers sont arrivés au domicile des Dabo, à Khar-Yalla. Sur place, ils ont retrouvé le mis en cause, excité et très agité, brandissant un couteau. Cerné, il a été maîtrisé et arrêté.
Par la suite, les policiers ont retrouvé la victime Ph.D.T. qui s’était enfermée dans les toilettes pour échapper aux griffes de son oncle qui venait de la violer.
gée de 17 ans, Ph.D.T, élève dans une école de la place, a déclaré au cours de son audition, que ce jour-là, dans l’après-midi, son oncle, de retour au domicile familial, l’a trouvée toute seule dans la maison.
Selon ses dires, le mis en cause, devenu soudainement menaçant, s’est rué sur elle et l’a ensuite entraînée de force dans sa chambre, où il a sorti un couteau. Débitant des menaces de mort, il lui a sommé de se déshabiller et l’a ensuite violée, après l’avoir contrainte, au préalable, à des actes sexuels avilissants.
Des allégations réfutées par l’oncle qui a soutenu face aux enquêteurs qu’il a seulement brandi un couteau contre sa nièce. Toutefois, il a nié avoir violé sa nièce. Une défense qui a été détruite par un rapport gynécologique qui prouve qu’il y a eu « une lésion anale récente sur la victime ».
Amadou L. Dabo a été placé en garde à vue pour viol. Il a été déféré, avant-hier 11 janvier dernier, au parquet du Tribunal de grande instance de Dakar, d’où il a rejoint la prison de Rebeuss, après avoir été inculpé de ce crime et placé sous mandat de dépôt.

Senenews