21 mai 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Jurisprudence Gackou, vous dites ? (Par Ablaye Ndiaye)

DEVOIR DE VERITE
JURISPRUDENCE GACKOU , VOUS DITES ?
Les leaders de YAW, du moins certains d’entre- eux, et leurs complices officiant dans des médias et /ou spécialistes du droit , brandissent la thèse de la jurisprudence GACKOU pour disent – ils, amener les autorités compétentes à invalider la liste BBY pour les législatives du 31 juillet 2022.
D’abord il faut reconnaître que le mandataire de YAW et l’équipe ayant travaillé autour du dispositif des candidatures ont commis une lourde faute qu’ils se doivent d’assumer
Ceci dit, pour revenir à ce qu’ils conviennent d’appeler la jurisprudence GACKOU , je dirai que c’est vraiment manquer de respect aux honnêtes citoyens et pourquoi ?
1. Avec GACKOU, c’était la présidentielle et le dépôt se faisait auprès du conseil constitutionnel. En déposant ses listes de parrainages, l’autorité avait remarqué un surplus et d’autres irrégularités comme les doublons. Ce constat fait, le conseil avait demandé à Mr GACKOU, de reprendre les dossiers aux fins de porter lès correctifs nécessaires . Donc en première instance, iln’ya pas eu de rejet. Que ça soit clair . C’est au deuxième passage, que ses listes ont été rejetées parce qu’ayant eu une fois encore des manquements. Une décision conforme aux dispositions réglementaires . Voilà comment les choses se sont passées.
2. Pour la liste BBY aux législatives prochaines : IL faut rappeler que cette fois- ci , c’est le Ministère de l’intérieur qui fixe les règles de jeu suivant le code électoral. C’est ce qui explique d’ailleurs que le dépôt des listes de candidature se fait à la DGE où est logée la commission compétente, seule habilitée à recevoir les candidatures et les listes de parrainages des partis et coalitions.
Premier élément qui marque la différence dans l’organisation de ces deux élections . Bon à savoir
3. Ce faisant, Vers la fin du mois d’avril 2022, le Ministre de l’intérieur a sorti un arrêté dans lequel il a informé aux coalitions et partis qu’en ce qui concerne les élections législatives du 31 juillet prochain, le surplus de parrains n’a aucune incidence et qu’il sera considéré nul et non avenu le cas échéant.
4. Tous les leaders de partis -pouvoir et opposition – ont été mis au courant et personne ne peut le nier
En résumé, en termes de validation des parrainages et candidatures à l’élection présidentielle, c’est le conseil constitutionnel qui a cette charge et pour les législatives, c’est le ministère de l’Intérieur. Et de ce point de vue, tout ce qui devait être dit et fait, les autorités de ce département sont passées aux actes après les avoir partagées avec les formations politiques. Le surplus de parrains ne peut pas faire l’objet d’une invalidation. DEUG NEKHOUL
5. Au vu de tout cela , où se trouve la jurisprudence ? Pourquoi vouloir tromper les sénégalais dont le seul tord est de faire confiance aux acteurs politiques, à certains hommes de médias, et universitaires . Quand on se dit croyant, il faut être juste et dire la vérité quelque ce soit la station dans laquelle on évolue
6. Aux hommes de médias, sur cette question, soyez d’abord dans l’information avant le commentaire. Et vous savez ce que cela impose comme efforts .Les enquêtes et autres investigations occupent une place stratégique dans votre mission. Aussi , il faut toujours intégrer dans les analyses que vous faites quotidiennement cette dimension ÉDUCATION qui fait partie de votre mission .
7. A ces universitaires, spécialistes du droit, chroniqueurs de surcroît, qu’ils soient conséquents dans leurs interventions et évitent le buzz . Les honnêtes citoyens savent lire entre les lignes. Et L’histoire retiendra
JUMMAH MOUBARACK

Ablaye Ndiaye, responsable politique APR à Grand-Yoff