15 avril 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Incendie de Notre-Dame: déjà 20 millions euros de travaux, la sécurisation toujours en cours

Trois mois après l’incendie de Notre-Dame, les travaux ont déjà coûté 20 millions d’euros. Le chantier est loin d’être fini et continue d’être dans la phase de sécurisation de l’édifice. Le risque d’effondrement n’est toujours pas complètement écarté. 

Il y a trois mois jour pour jour, tous les yeux se tournaient vers Notre-Dame en feu. Depuis, les travaux ont débuté pour faire revivre l’édifice, dont une grande partie de la toiture est partie en fumée.

La facture grimpe au fil des mois, pour atteindre en ce mois de juillet « à peu près 20 millions d’euros », selon Antoine-Marie Préaut, conservateur régional des monuments historiques d’Ile-de-France. Trois mois après le sinistre, le chantier est toujours dans sa phase de sécurisation de la cathédrale.

« Cette phase risque de durer un peu plus longtemps que ce que nous avions imaginé au départ. C’est une phase qui sans doute nous conduira jusqu’au printemps 2020 », détaille-t-il sur BFM Paris. 

>Le risque d’effondrement existe encore

Mais malgré ces travaux, Notre-Dame n’est pas encore sauvée et le risque d’effondrement n’est pas totalement écarté. « Le risque demeure. A ce stade nous n’avons pas encore pu diagnostiquer l’état des voûtes », explique Antoine-Marie Préaut. 

Soumises à la chaleur des flammes puis à l’eau des lances à incendie, elles doivent désormais sécher. « A la faveur de ce séchage, nous ne sommes pas en mesure de dire comment vont réagir les voûtes. Et donc tant que le diagnostic n’aura pas pu être fait, il sera bien difficile de dire que la cathédrale est sauvée », souligne le conservateur régional des monuments historiques. 

>Démontage de l’échafaudage à la rentrée?

Parmi les prochaines étapes du chantier de Notre-Dame, le retrait de l’échafaudage qui se tenait autour de la flèche est l’une des priorités. « C’est l’élément le plus complexe de l’opération de sécurisation », insiste Antoine-Marie Préaut.

Ce « gros mikado piégé à la croisée du transept » a vocation a être démonté « sur un délai de 4 à 5 mois ». « C’est une opération qui va être très périlleuse, qui devrait je l’espère pouvoir commencer à la rentrée », ajoute-t-il. 

>Peut-on reconstruire en cinq ans? 

Pourra-t-on reconstruire la cathédrale en cinq ans, comme le souhaite Emmanuel Macron? Antoine-Marie Préaut reste prudent. « On saura faire quelque chose en cinq ans. Mais à ce stade parler du calendrier de reconstruction c’est difficile parce que les diagnostics ne sont pas faits », insiste-t-il, rappelant que la nef, le choeur ou encore le transept sont toujours inaccessibles. « Tant que nous n’aurons pas cet accès complet, il serait hasardeux de s’aventurer sur un calendrier de reconstruction. »

bfmtv