24 mai 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Imam Kanté : « Force est de reconnaître que les politiques sont en train d’enfoncer l’institution judiciaire »

La justice à l’épreuve de la classe politique

Entre ce qu’avait dit le président Macky Sall sur certains dossiers de justice à l’entame de son premier mandat, ce qu’il en est devenu de la CREI, ce qui est en cours pour les dossiers de l’OFNAC, etc, et la défiance dont font montre en particulier Sonko et Dias à l’égard de l’institution judiciaire, force est de reconnaître que les politiques sont en train d’enfoncer l’institution judiciaire sénégalaise dans une crise sans précédent. Et ce n’est pas à leur honneur.

Le moins qu’on puisse dire est que cette situation qui laisse croire que seuls les faibles sont soumis à la justice n’est pas rassurant. Ainsi, les fondements constitutionnels de l’égalité citoyenne devant la justice sont gravement menacés.

Un sursaut éthique et un respect conséquent de notre institution judiciaire est attendu de tous les citoyens pour garantir son fonctionnement comme il sied. Dans ce cadre, la responsabilité de la classe politique est décisive.

Ne faudrait-il pas confier l’institution judiciaire à l’armée, le temps d’une réforme consensuelle de cette institution capitale dans la gouvernance de tout pays qui fait l’option d’un Etat de droit ?

Nous posons cette question qui peut choquer en raison de ceci que les détenteurs du pouvoir considèrent que l’institution judiciaire en l’état fonctionne correctement et en face l’opposition ne dit pas ce qu’il faut changer pour une administration juste de la justice.

Qu’est-ce qu’un développement durable sans justice ?
Qu’est-ce une  « justice » administrée par la rue et les réseaux sociaux ?
Qu’est-ce qu’un pays émergent sans justice ?
Qu’est-ce que le patriotisme sans justice ?
Qu’est-ce qu’un État de droit sans justice ?
Wa Salam
Imam Ahmad kanté