19 avril 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Gauthier Rybinski : « Avec Bassirou Diomaye, les Sénégalais n’ont-ils pas fait un saut dans l’inconnu ? »

Les Sénégalais ont élu Bassirou Diomaye Faye 5e président de la République. Inconnu du grand public, il y a encore quelques années, le bras droit d’Ousmane Sonko a été plébiscité dès le premier tour. Sur France 24, Gauthier Rybinski, chroniqueur international de la chaîne, s’est dit impressionné par la maturité politique des Sénégalais, mais s’est cependant posé quelques questions.
« D’une part, il y a le pôle de stabilité au Sénégal, celui que nous aimons. Malgré ce qui s’est passé (le report dans un premier temps de la Présidentielle, le risque de violence lors de ce scrutin et les manifestations des trois dernières années), on est resté dans les rails au Sénégal », a-t-il déclaré, avant de s’interroger. 
« Pardonnez-moi, mais je vais faire le poil à gratter. Le fait d’élire quelqu’un qui est totalement inconnu ou presque, est-ce que c’est le signe d’une maturité démocratico-politique ? Je m’interroge là-dessus parce que pour le reste, on ne peut que considérer la chose (l’élection de Diomaye) comme admirable. On perçoit à travers ce choix le refus et le ras-le-bol au fond d’une certaine élite politique sénégalaise, mais n’est-ce pas un grand saut dans l’inconnu en élisant une personnalité dans on ne sait pas grand-chose dans le fond? », s’est demandé le spécialiste sur France 24. 
Une interrogation à laquelle l’autre participante au débat, Marie-Roger Biloa, a répondu. « Il est évident que les Sénégalais ont voté pour Ousmane Sonko. Il l’a dit lui-même, Bassirou Diomaye Faye n’est pas un choix de cœur, mais un choix de raison. Il dit qu’il l’a choisi parce qu’il remplit les critères et qu’il est compétent, intègre, etc. Vous savez, la Présidentielle au Sénégal est la photographie d’un moment. Et le moment où nous sommes, c’est l’attachement à un processus démocratique, l’attachement à la possibilité de choisir son leader. Ce que le président Macky Sall a eu du mal à appréhender », a affirmé la présidente-directrice générale de Africa International Média Group.
                                                MOUHAMED CAMARA.